Ouverte à tous et à tous les genres littéraires, l'Élection du Livre de Village de Ceyreste vient de désigner son quatrième lauréat. Recette de campagne.


À quelques ronds-points de la Ciotat, à l'écart du tohu-bohu bon enfant des plages, se cache Ceyreste, village de près de 4 000 habitants fleurant bon la douceur de vivre. Pour apporter un dynamisme culturel à ce décor, l'association Taderi-Tadera créée en 2001 par Monique Menguy s'applique à concocter une programmation changeante et diversifiée placée sous le signe de la convivialité et de l'échange. Ainsi une dizaine d'animations sont-elles proposées chaque année - conférence, exposition, “baleti provencaou”, lectures, concours floral, soirée cabaret, œnologie, concert classique… - parmi lesquelles l'Élection du Livre de Village, inspirée de la proche Cadière d'Azur.

L'initiative repose comme souvent sur l'enthousiasme et l'œcuménisme d'un petit groupe de personnes (ici 5 femmes), et s'organise en plusieurs étapes autour de la bibliothèque municipale, toute neuve. Les lecteurs sont invités à y noter leurs coups de cœur dans un cahier d'écolier et à venir les défendre, avec les membres de l'association, au cours de “pousse-cafés littéraires” animés tous les deux mois par Marion Pontgelard.
La démarche permet en outre à la bibliothèque d'obtenir directement de son public de nouvelles idées d'acquisition, aussitôt mises à profit.
Une liste de titres se constitue de la sorte, dont ressortira en juin une présélection soumise aux lecteurs. Le premier pousse-café de la rentrée décide de la sélection définitive : 5 titres de fiction, sans restriction de genre.

Avec ses faibles moyens, l'association achète ensuite 5 exemplaires de ces 5 titres et constitue 5 paniers qu'elle dépose chez 5 commerçants du village. La bibliothèque finance quant à elle son propre panier. Les commerçants lisent, plus ou moins, et permettent aux livres de circuler, qui avec le pain, qui avec un rôti, une boîte de petits pois, de l'aspirine, qui en buvant son café-comptoir. Ici ou là en des lieux pour le moins improbables, on s'échange des impressions de lecture, on discute le bout de gras, on argumente.

Lit qui veut et ce qu'il veut.

Les bulletins de vote sont collectés dans les paniers, à la bibliothèque ou par correspondance, et les voix comptabilisées viennent s'ajouter à celles recueillies à main levée lors de la soirée de clôture, après débat.

Le 27 janvier dernier, une trentaine de villageois se sont rassemblés pour la soirée électorale, usant de tous leurs talents oratoires pour faire fléchir les votes dans le bon sens, le leur. Anna pourquoi de Pan Bouyoucas (éditions Les Allusifs) l'a finalement emporté, suivi de très près par Les Chutes de Joyce Carol Oates (éditions Philippe Rey).

L'association vit chichement de l'héritage d'une association théâtrale défunte et, pour l'Élection du Livre de Village d'une subvention toute symbolique. Héritage précaire que la municipalité aura peut-être le bonheur de pérenniser et de valoriser à temps. Il est de ces petits riens qui font du lien pour finalement pas très cher…

Accès directs :