L'Observatoire de la lecture et de l'écriture des adolescents de Lecture Jeunesse a mené une enquête sur Les bibliothèques départementales et leurs actions auprès des collèges. Mardi 16 novembre 2021, les résultats ont été partagés en visioconférence.

43 bibliothèques départementales ont répondu au questionnaire envoyé par l'Observatoire. L'objectif était de dresser le bilan des partenariats réalisés en 2018 et 2019 avec l'Éducation nationale, de définir une potentielle typologie de projet à partir d'exemples qui fonctionnent et de lister les points de vigilance pour mieux travailler ensemble.

Dans le cadre de ces collaborations, les bibliothèques départementales participent au développement de la lecture en prêtant aux collèges des documents ou du matériel, en finançant des actions, en organisant des rencontres avec des auteurs et en concevant des ressources. L'expertise professionnelle des bibliothécaires peut aussi accompagner la construction d'un projet, ou simplement la constitution d'un petit fonds spécialisé au sein d'un établissement scolaire.

 

Les bonnes volontés se confrontrent à des freins structurels

Pour les bibliothèques départementales, travailler avec les scolaires est monnaie courante mais les interventions en collège restent peu nombreuses (1 à 5 par an en moyenne). Les entretiens révèlent un fort désir de faire de ces actions une priorité. Dans les faits, le manque de moyens empêche les initiatives de se concrétiser : moins de 30 % des BD ont un budget alloué à ce type d'action, en moyenne moins de 2 personnes peuvent être mobilisées.

Selon le ministère de l'Éducation nationale, les difficultés pour tisser des partenariats résident principalement dans le manque de connaissance du rôle des bibliothèques départementales et des personnes ressources. Le même problème est exprimé du côté des bibliothèques départementales. En effet, la multiplicité des organigrammes, des noms des différents pôles ou intitulés de poste compliquent l'identification des interlocuteurs. Le caractère très mobile de ces postes ne permet pas d'instaurer les relations personnelles qu'impliquent ce genre de projet et conduit même souvent à leur essouflement définitif.

Pour tous ces professionnels, ces partenariats servent l'objectif général de "démocratisation culturelle". Pourtant, l'enquête révèle que le terme ne recouvre pas la même idée pour tout le monde. Pour beaucoup, la bibliothèque a pour but d'offrir la lecture au plus grand nombre, et pas seulement à un public scolaire. Pour d'autres, il est question de développer l'éducation artistique et culturelle, garantissant un lien plus évident avec l'Éducation nationale. Cette pluralité d'interprétations souligne des besoins et des objectifs différents qui ne favorisent pas la naissance de collaboration.

 

Des projets innovants : les CDI tiers-lieux

Le concept du CDI tiers-lieu est un exemple de partenariat fonctionnel entre bibliothèque départementale et collège. Il y était question d'intégrer, en prenant en compte l'avis des usagers du CDI, un espace « ado » propice à la lecture et à la détente, avec des équipements qu'ils affectionnent. Ainsi, une bibliothèque départementale* a prêté les documents et les fauteuils nécessaires pour rendre le lieu plus convivial. Les équipements renvoyés à la BD ont laissé dans leur sillage un vide et une envie de réitérer l'expérience. Les bibliothèques départementales peuvent donc agir comme levier pour impulser cette volonté de transformation.

 

Des pistes d'amélioration

Ont été notamment abordées :

  • Le recueil des besoins des établissements pour permettre aux bibliothèques d'y répondre au mieux.
  • Réflexion en interne sur les objectifs des bibliothèques départementales : quel type de projet ? Pour qui ? Avec qui ? Faut-il cibler plusieurs établissements ou se concentrer sur un seul ?
  • L'organisation de rencontres communes et de formations pour créer plus de lien entre les acteurs.

 

Lire la synthèse de l'enquête

 *L'observatoire souhaite garder le nom des structures anonyme.

Accès directs :