Deux adresses, une multitude de références, un seul nom. Dernier Rempart est né en avril 2021 de l'union de deux établissements culturels historiques d'Antibes : la librairie généraliste Masséna et Comic Strips Café, spécialisé en BD et mangas.

 

Dernier Rempart est avant tout le fruit d'une rencontre : celle de Jean-Marie Aubert, ancien propriétaire de Masséna, Jérôme Dugast, directeur de Masséna, et de Laurent Parez, gérant de Comic Strips Café. Après avoir longtemps participé côte à côte au développement de la vie littéraire à Antibes, les trois hommes ont décidé d'aller plus loin en créant une seule entité porteuse d'un concept original : « Cela faisait plusieurs années que j'étais intéressé par le rachat de Masséna. Ce sont Jean-Marie Aubert et Jérôme Dugast qui ont eu l'idée d'un regroupement. Nous en avons parlé lors de notre dernier déjeuner avant le premier confinement… Puis les librairies ont dû fermer, j'ai cru que cela nous serait fatal. Le projet était donc sous cloche jusqu'à ce que les librairies réouvrent et qu'on mette en place le Click & Collect. » raconte Laurent Parez.

Un an après, l'idée est mise en œuvre et les livres déménagent. Au 8/10 avenue Robert Soleau (ex-Masséna), les lecteurs peuvent ainsi retrouver la littérature, la papeterie et la bande dessinée. Au 3 avenue du 24 Août, l'ex-Comic Strips Café se consacre désormais aux jeux et aux mangas.

 

Un logo réalisé par Jacques Ferrandez

« Le nom du lieu a une double signification : il nous ancre dans la ville d'Antibes, cité des remparts, et souligne le fait que les librairies sont des commerces essentiels en tant que dernier rempart pour l'ouverture d'esprit et la diversité et contre la bêtise et le populisme. »
Pour imaginer le logo, les gérants ont fait appel à des auteurs de bandes dessinées du coin et ont retenu la proposition de Jacques Ferrandez qui a intégré l'image des remparts et a joué avec les lettres des deux mots.

 

Un démarrage prometteur

Laurent Parez est très satisfait des premiers mois d'exercice : « On a ouvert en sortie de crise à un moment où il y avait un vif intérêt pour la lecture, à Antibes comme ailleurs. De plus, le Pass Culture est arrivé et les ventes de mangas ont explosé. En août 2021, côté ex-Comic Strips Café, on a fait le même chiffre d'affaires avec les mangas et les jeux qu'en août 2020 quand on avait encore la bande dessinée. » explique le libraire. 
L'aventure humaine n'est pas en reste : « C'est vraiment une belle histoire de personnes. Tous les libraires portent haut les couleurs de Dernier Rempart et avec Jérôme on forme un très bon binôme. »
Des libraires ont été recrutés, notamment pour la partie jeux et mangas. L'équipe déjà en place à l'ancienne librairie Masséna s'est, elle, petit à petit familiarisée avec le fonds BD. En tout, 15 libraires travaillent désormais au Dernier Rempart.

« Si on a pu atteindre notre objectif de chiffre d'affaires c'est aussi grâce à eux. Les bons livres sont dans toutes les librairies. Ce sont les bons libraires qui font une bonne librairie. » résume Laurent Parez, qui a d'ailleurs été sélectionné pour le Prix du libraire de l'année par la revue Livres Hebdo.


Plusieurs évènements ont déjà eu lieu aux deux adresses : en plus des soirées jeux du vendredi soir, de nombreux auteurs sont venus échanger avec les lecteurs, des festivals sont en cours de création et d'autres sont déjà programmés, comme Polar sur la ville prévu pour avril 2022. Une vie littéraire bien riche qui rayonne déjà au-delà des remparts…

Accès directs :