« Exemplaire, pour une plus grosse part du camembert », le slogan illustre bien la démarche.
Imaginé par Lisa Mandel, autrice de BD depuis 20 ans, Exemplaire se veut une structure d'édition équitable et alternative qui replace l'artiste au centre de sa production.

L'idée a été lancée en fin d'année 2020 avec un financement participatif qui a dépassé toutes les attentes : 500 % de l'objectif visé.
Après avoir expérimenté l'auto-édition avec la sortie de son ouvrage L'année exemplaire, Lisa Mandel crée une maison d'édition participative soutenue par toute une communauté d'auteurs et de dessinateurs. Anticonformiste et équitable, cette nouvelle manière de faire des livres souhaite offrir aux dessinateurs des revenus quatre ou cinq fois supérieurs à ceux que prodigue l'édition classique, grâce à une production raisonnée, une promotion et une distribution faite par tous les acteurs du projet.

 

Une chaîne du livre maîtrisée

Chaque livre sera en pré-vente sur les réseaux sociaux et sa mise en production dépendra de l'obtention d'un financement minimum évitant ainsi la surproduction et les coûts de stockage. Enfin, l'auteur choisira son niveau d'implication dans la chaîne de fabrication et son revenu évoluera en fonction de celui-ci. 

Au-delà, le projet bénéficiera à toutes celles et ceux qui travaillent sur l'ouvrage (correcteurs, maquettistes, comptables...) qui seront rémunérés au pourcentage des ventes, en fonction de la tâche impartie. Enfin, les livres seront proposés à la vente en librairie, en vente directe sur le site internet ou via les auteurs directement. 

De plus, depuis le 1er janvier 2021 les revenus issus du financement participatif (pré-ventes) et ceux de l'auto-édition peuvent être comptabilisés comme des revenus principaux (droits d'auteur). 

 

Des auteurs motivés

Depuis plusieurs années maintenant, les auteurs de BD sont très actifs sur le front des revendications et des luttes pour la reconnaissance de leur statut et pour une rémunération plus juste. Le rapport Racine, sorti il y a tout juste un an, soulève les mêmes constats de paupérisation et d'inéquité de l'écosysthème du livre.
L'initiative de Lisa Mandel, très relayé dans les médias, a trouvé de énormément de soutiens parmis les auteurs. Le premier livre qui sera lancé sera probablement celui de Soulcié courant mars/avril avec un recueil de dessins de presse qui compile ses publications hebdomadaires dans Marianne, l'Équipe, Télérama.fr, et occasionnelles dans Fakir, CQFD, Alternatives économiques, Causette.

Un grand défi donc : créer une structure pérenne respectueuse d'une charte ambitieuse.

 

Les premières parutions prévues pour l'été 2021 :

  • Wah wah de Charles Berberian.
  • Films et séries de Garage Del, la suite de l'ouvrage Contes et légendes.
  • CHEH! Magazine de Marc Dubuisson, une reprise des strips d'actualité de l'année sous la forme d'un magazine/mook annuel d'environ 160 pages.
  • Manimal d'Anouk Ricard, projet d'histoires courtes humoristiques en BD, ponctué de peintures et autres surprises.
  • Les vacances de Fantôme-Fâché d'Aurélien Fernandez, un premier projet intitulé, cahier d'activités à remplir sur la plage cet été. et un second projet Fantôme-Fâché, compilation d'une série de strips postés sur instagram depuis 2019.
  • Il me faut TOUT de Lucile Gomez compilations de strips existants, de courts textes et de BD inédites.
  • Abécédaires gastronomiques de Guillaume Long, une compilation de tous les abécédaires de l'auteur.
  • À la folie de Lisa Mandel, une enquête de terrain sur le milieu de la psychiatrie alternative à Marseille, à la rencontre des nouveaux acteurs de la santé mentale.
  • L'empire du babmington de Pochep

 

 

Accès directs :