7 auteurs de la maison ont été récompensés cette année, dont Maurice Gouiran qui a reçu le Grand prix littéraire de Provence pour son dernier polar L'Irlandais.

 

Jigal, pourvoyeur d'émotions fortes

Créée en 1989 par Jimmy Gallier, la maison d'édition Jigal n'a pas toujours été spécialisée en polars, romans noirs et littérature urbaine. À ses débuts, elle proposait à la fois des ouvrages de musique et des romans. Apparus au catalogue en 1998, les polars ont eu immédiatement du succès. Si bien que Jimmy Gallier a décidé de travailler exclusivement ce genre.

Si la ligne éditoriale a évolué, un élément n'a pas changé : l'éditeur privilégie les histoires et les émotions fortes. « Quand on choisit un livre, c'est avant tout un coup de cœur, il faut qu'il y ait quelque chose de fort ». Une règle efficace au vu des critiques positives dans la presse et des nombreuses récompenses attribuées à ses auteurs chaque année.

Le catalogue des éditions Jigal compte aujourd'hui plus de 200 titres d'auteurs francophones du monde entier. On peut citer le gabonais Janis Otsiemi ou la gréco-française Sophia Mavroudis.

 

7 polars primés en 2018

En 2018, la maison d'édition a ainsi vu 7 polars de son catalogue recevoir un prix :

  • Retour à Duncan's Creek de Nicolas Zeimet, Prix Dora-Suarez 2018
  • Connemara Black de Gérard Coquet, Prix du livre insulaire
  • Rue des fantasques d'André Blanc, Prix Lyon-Polar 2018
  • La lettre et le peigne de Nils Barrellon, Prix polar Romilly-sur-Andelle 2018
  • Que dieu me pardonne de Philippe Hauret, Grand prix du jury - Festival Pôle Art - Plaine-Haute 2018
  • Rien ne se perd de Cloé Mehdi, Prix France Bleu polar poche 2018
  • L'Irlandais de Maurice Gouiran, Grand prix littéraire de Provence 2018

« On est fiers de ces prix. Tout part des auteurs, ils ont la capacité de faire des romans qui se remarquent au milieu des centaines de polars qui sont publiés chaque mois. » Un éditeur d'autant plus fier que les droits de certains polars de la maison Jigal se vendent à l'étranger, notamment en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie et en Grèce.

 

Maurice Gouiran, un auteur marseillais prolifique et engagé

Depuis 2000, Maurice Gouiran (qui est par ailleurs un spécialiste mondial des incendies de forêts) a publié pas moins de 29 ouvrages, dont 28 aux éditions Jigal. Un auteur fidèle à la maison d'édition donc, ainsi qu'à sa ligne éditoriale : « C'est un auteur remarquable qui réussit à mêler l'histoire avec un grand H et la petite histoire ». Italie mussolinienne, génocide des arméniens, colonisation, Espagne franquiste, Mai 68… Maurice Gouiran n'hésite pas à aborder au travers de l'histoire personnelle de ses personnages les périodes sombres et difficiles de l'Histoire contemporaine.

Dans ses polars, l'auteur accorde une place particulière à Marseille, qui est l'un des décors récurrents de ses intrigues, De même, on y retrouve régulièrement le Beau Bar, bistrot fictif situé à l'Estaque, et le personnage de Clovis Narigou, quinquagénaire éleveur de chèvres dans les collines de Marseille. Cela lui permet aussi de traiter les problématiques propres à la ville et à ses alentours, comme celle de la mafia marseillaise.

En 2016, le magazine Marianne le classe parmi les auteurs français qui comptent. En parallèle, les oeuvres de Maurice Gouiran ont été récompensées de nombreuse fois. Et l'année 2018 n'est pas en reste.

 

L'Irlandais et le Marseillais

Depuis 1962, l'Association Culturelle Provençale de Ventabren remet chaque année le Grand prix littéraire de Provence à deux auteurs : le premier écrivant en langue d'oc ; le second mettant en valeur la Provence dans un ouvrage en français. Aux côtés d'André Neyton, Maurice Gouiran fait partie des lauréats 2018 grâce à L'Irlandais (éd. Jigal, mai 2018).

Ce polar évoque le conflit nord-irlandais au travers du personnage de Zach Nicholl, un peintre irlandais retrouvé mort dans son atelier marseillais. Son ami, Clovis (le fameux personnage récurrent), va se rendre en Irlande du Nord pour mener l'enquête au sein du milieu des artistes républicains. Un mélange d'Histoire et d'intrigue policière avec une pointe d'accent marseillais : voilà la recette des polars de Maurice Gouiran.

En plus de récompenser L'Irlandais, l'Association Culturelle Provençale de Ventabren remettra un prix à Maurice Gouiran pour l'ensemble de son œuvre le 30 septembre 2018 à 14h30 (salle Sainte Victoire).

Pour ceux qui souhaiteraient rencontrer Maurice Gouiran, les éditions Jigal organiseront prochainement des rencontres dans les bibliothèques et médiathèques de la région.

Derniers Titres parus de Jigal

couverture du livre En moi le venin

En moi le venin

Suite à un événement tragique, l'ex lieutenant de police Franck Mattis se voit forcé de retourner sur les terres de son enfance. Il y retrouve d'anciens camarades de...

En savoir plus

couverture du livre L'Arménienne aux yeux d'or

L'Arménienne aux yeux d'or

Quand Sarkis et Arak traversent l'Anatolie, fuyant le génocide, l'Europe ne soupçonne pas encore l'ampleur du drame qui se joue là. Quand quatre-vingts ans plus tard, le...

En savoir plus

couverture du livre L'ombre de la nuit

L'ombre de la nuit

Il fait nuit. Paco Sabian marche sur une route d'Ardèche. Il pleut, le froid s'immisce et glace ses os, la lune n'est pas prête à céder sa place. Une voiture s'arrête...

En savoir plus

couverture du livre La prophétie de Langley

La prophétie de Langley

Trader d'une des plus prestigieuses banques françaises, Ludovic d'Estre brasse chaque jour des millions d'euros... Issu de la bourgeoisie versaillaise, la vie a toujours...

En savoir plus

Accès directs :