La compagnie, lieu de création propose des séances de dégustation de livres. Au sens propre comme au figuré, l'occasion de "manger les mots" et de les partager !

Association marseillaise du quartier Belsunce, la compagnie, lieu de création s'engage depuis 1990 auprès d'artistes qu'elle soutient et diffuse via des expositions et diverses activités. Elle tisse ainsi des relations durables entre habitants et associations, avec une dimension sociale et politique. En 1996 le local de l'association - réhabilité par l'architecte Rudy Ricciotti - ouvre ses portes au 19 rue Francis de Pressensé (où il se trouve toujours). En 2001, c'est un collectif qui reprend l'activité de l'association, sous la direction artistique de Paul-Emmanuel Odin à partir de 2009.

Au programme de la compagnie, on trouve des projets éditoriaux (la revue L'Inventaire) ou collectifs (Algérie-France, l'Antiatlas des frontières, La carte postale revisitée…), des expositions monographiques, des rencontres et des ateliers de création, avec toujours la volonté de « brouiller les frontières sociales, inséparables des pratiques et des savoirs » (citation empruntée à Pierre Bourdieu par la compagnie).


« Nous aimons tellement les livres que nous les mangeons » (la compagnie)

Parmi ce foisonnement de projets : Lire et manger le livre, une performance gustative. Partant de l'envie de démystifier les livres par l'oralité, la compagnie propose une lecture culinaire pour tous âges et tout public. Des "livres mangeables" dont chacun pourra choisir exactement le morceau de couverture qu'il souhaite déguster.
En amont de la dégustation, tout un rituel : une semaine à dix jours avant, les habitants/participants/volontaires sont sondés : « quels livres voudriez-vous lire et manger ? ». Parfois ce sont des thématiques qui orientent les choix, parfois seulement des coups de cœur. Lors de la journée professionnelle "Droits culturels et maîtrise des langages" organisée à la BMVR Alcazar le 13 septembre 2019, les ouvrages Frères Migrants de Patrick Chamoiseau, La tête en friche de Marie-Sabine Roger ou encore Petite Poucette de Michel Serres ont ainsi été "cuisinés".
Les couvertures des ouvrages retenus sont imprimés avec des fibres alimentaires sur une page de sucre qui va venir recouvrir le gâteau (dont la recette a également été choisie par les participants). Le cérémonial peut alors commencer : l'un des membres de la compagnie lit un extrait du livre avant que la couverture ne soit découpée en parts. Le gourmet choisit son morceau de couverture et le mange...


« L'étrangeté des livres mangeables est l'occasion de rituels culinaires et culturels. » (la compagnie)

Cette action littéraro-gustative est imaginée en 2013 lors de la résidence de l'artiste turque Özlem Sulak à Marseille. Elle réalise alors un "livre d'artiste cinématographique" autour de la censure du livre d'Henry Miller Sextus et des révélations du spécialiste français de la censure, Emmanuel Pierrat. La compagnie accompagne sa double exposition (au Frac et dans les locaux de l'association) d'innombrables séances de "livres mangeables censurés" (turcs puis français). Ces séances interpellent et sont l'occasion d'échanges. À partir de juin 2019, Paul-Emmanuel Odin les reprend sous une forme régulière et mensuelle.

Pour déguster les prochaines séances, consultez la page dédiée au projet !

Rituel Lire et manger le livre, session du 5 octobre 2019 au Centre de culture ouvrière de Velten-Belsunce à Marseille [Crédit photo : la compagnie, lieu de création)

Accès directs :