La Roque-d'Anthéron, village des Bouches-du-Rhône de 5 500 habitants, est internationalement connu  pour son festival de piano qui fêtera cette année sa 42e édition. En gestation depuis plus de cinq ans, la médiathèque-conservatoire a ouvert ses portes le 4 décembre 2021.

Fusion de l'ancienne bibliothèque et de l'école de musique, la médiathèque-conservatoire Anne-Sylvestre s'est installée au cœur du centre-ville, adossée à l'hôtel de ville, à proximité immédiate des écoles, de la maison de l'enfance et du centre sportif et culturel.
Basalt, le cabinet d'architectes retenu pour ce projet, a souligné lors de l'inauguration son souhait d'entremêler conservatoire et médiathèque, lecture et musique, pour créer un tiers-lieu culturel dans ce village provençal. Pari réussi !

Construit à la place d'anciens bureaux et d'un garage, le nouvel équipement bénéficie d'une surface de plus de 1 000 m2, soit 350 m2 pour la médiathèque, 230 pour l'école de musique, un auditorium de 70 places et des espaces partagés et conviviaux propices à l'échange et au travail de groupe.

Au centre, un large patio lumineux et végétalisé distribue l'ensemble des salles. Les couleurs sobres et le bois omniprésent donnent une élégance certaine au bâtiment.
La partie lecture publique dispose d'étagères épurées dont les collections sont en cours d'acquisition, d'un coin conte aménagé avec un gradin et un rideau isolant, et d'une banque centrale au milieu des espaces.

Le coût global de l'opération s'élève à 2,9 millions d'euros, 38 % financé par l'État, 25 % par la commune, 22 % par la métropole Aix-Marseille-Provence, 14 % par le département des Bouches-du-Rhône et 1 % par la Région Sud.

L'ensemble est orchestré par Vincent Sablayrolles, musicien-bibliothécaire.

 

Une inauguration empreinte d'émotion

En raison de la qualité remarquable de ses textes, l'équipe municipale a choisi de nommer cette infrastructure "Anne Sylvestre". Autrice-compositrice-interprète française, connue par-delà les frontières pour son écriture et sa musicalité, elle a notamment imaginé des chansons pour enfants et des contes musicaux, alliant humour et sérieux. Engagée, féministe, elle a aussi abordé des thèmes de société tels que l'avortement, le viol, la misère, le mariage homosexuel... On compte plus de 400 chansons pour adultes enregistrées.
Un hommage lui a été rendu lors de l'inauguration par un groupe de chanteurs du conservatoire.

« Écrire pour ne pas mourir
Écrire, tendresse ou plaisir, écrire pour tenter de dire, dire
Tout ce que j'ai compris, dire l'amour et le mépris, écrire, me sauver de l'oubli
Écrire pour tout raconter
Écrire au lieu de regretter
Écrire et ne rien oublier
Et même inventer quelques rêves de ceux qui empêchent qu'on crève
Quand l'écriture, un jour, s'achève »

Écrire pour ne pas mourir, Dans la vie en vrai, Anne Sylvestre, 2005.

Accès directs :