La maison d'arrêt de Gap, deuxième plus petite du territoire régional après celle de Digne-les-Bains, est située au cœur de la ville. En juin 2021, elle accueillait 38 détenus et lecteurs potentiels, qui disposent d'une bibliothèque particulièrement dynamique. L'équipe du service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP), la bibliothèque départementale des Hautes-Alpes (BD 05) et la bibliothécaire proposent en effet des activités novatrices et expérimentales.

Installée dans l'une des cellules, la bibliothèque de l'établissement a été entièrement réaménagée en septembre 2018 par les détenus, dans le cadre d'un "chantier école" (apprentissage manuel, réalisation d'étagères, de bancs de lecture, etc.). Elle possède un fonds d'ouvrages important par rapport au nombre restreint de prisonniers, avec une moyenne de 20 livres par personne. Les ouvrages sont sélectionnés par la BD 05 (partenaire de toujours et relais précieux), la bibliothécaire et les détenus eux-mêmes, et acquis notamment grâce à l'aide accordée aux publics empêchés par le Centre national du Livre.

Malgré les interdictions et les restrictions sanitaires liées à la pandémie, 294 prêts ont tout de même été réalisés en 2020, contre 146 en 2019, soit quasiment le double. Le nombre annuel d'emprunteurs a aussi sensiblement augmenté (47, contre 33). Ils se dirigent plus volontiers vers les documentaires, les BD et les romans, mais aussi vers les domaines des langues et de la linguistique, de la philosophie et de la psychologie.
Constatant que les dictionnaires sont très souvent empruntés à la bibliothèque, la bibliothèque départementale des Hautes-Alpes et le SPIP 05, en accord avec la Direction de la Maison d'Arrêt de Gap et avec le soutien du Centre National du Livre (CNL) mettent un dictionnaire à la disposition de chaque détenu. Il fait désormais partie intégrante du mobilier de la cellule.

La bibliothécaire, Esther Gonon, assure bénévolement une permanence de plusieurs heures hebdomadaires, dont deux sont rémunérées depuis le printemps 2021. Elle est assistée d'un bibliothécaire auxiliaire, employé une heure par jour, quatre fois par semaine.


Le Défi Lecture : un exemple venu de loin

Au Brésil, les détenus peuvent réduire leur temps de prison en lisant : un livre lu contre quatre jours de remise de peine. Toutes les quatre semaines, les détenus peuvent donc emprunter un nouveau livre, dont ils doivent ensuite rédiger un compte rendu jugé sur la présentation, l'orthographe, l'écriture et l'expression. Institué en 2009 par le Service correctionnel fédéral brésilien, ce programme, baptisé "La rédemption par la lecture", vise à réduire le taux d'analphabétisme, extrêmement élevé dans les prisons brésiliennes, et à favoriser la réinsertion des prisonniers à leur sortie. 

S'inspirant de cette initiative, la bibliothécaire a proposé de mettre en place un système tout à fait similaire à la maison d'arrêt de Gap. Le juge d'application des peines a donné son feu vert à cette expérimentation locale, tout comme les SPIP et la BD 05 : le Défi Lecture a ainsi été officiellement lancé au printemps 2021.

Dessin réalisé par un détenu pour le Défi Lecture,
Inspiré du livre Les mots sont des fenêtres de Marshall B. Rosenberg. 

Après avis favorable de son conseiller d'insertion et de probation, le détenu inscrit au Défi Lecture choisit un livre, puis doit préparer une présentation de sa lecture (sous forme de texte, de dessin, etc.), qu'il soumet à la bibliothécaire puis à son conseiller. Celui-ci interroge le prisonnier sur son choix d'ouvrage, sur ce qu'il lui a apporté, ce qu'il en retient, les réflexions et les questionnements que le livre a suscités…
Cinq défis ont déjà été lancés, dont deux sont terminés et ont été valorisés sous divers supports.


Du canal vidéo interne au magazine CVI 

Depuis 2019, l'équipe des Films du papillon (vidéastes et animateurs d'ateliers en région) intervient auprès des détenus de Gap et de Digne-les-Bains pour les initier à la réalisation de vidéos et d'un programme TV destinés à la diffusion en interne. Rapidement, ces activités donnent lieu à la création d'un magazine mensuel, CVI, dont le numéro 14 est paru en juillet 2021. Distribué exclusivement aux prisonniers des deux établissements, CVI propose un contenu essentiellement culturel, mais aussi récréatif. 

On y trouve des rubriques éclectiques, telles que "Divertissements" (des recettes et des exercices de sport, adaptés à la détention), "Interview" (numéro 14 : l'artiste Christophe Galleron), "Activité" (numéro 14 : cours de dessin en ligne), le programme TV (numéro 14 : présentation du Défi Lecture), "Livre du mois" (numéro 14 : Entre fauves de l'auteur marseillais Colin Niel).
CVI offre aux détenus un aperçu de la richesse de la programmation culturelle, particulièrement essentielle à l'ouverture des esprits entre quatre murs. 

 

Accès directs :