Une lectrice + une lectrice = une librairie : du club de lecture au commerce de librairie, il y a quelques pas que Marianne Ferrer et Régine Schir viennent de franchir.


Elles se rencontrent dans un village, partageant leurs lectures avec tout un réseau de connaissances tissé par l'une d'elles. L'idée de créer une librairie plane. La première, Marianna Ferrer, est licenciée en langue allemande ; la seconde, Régine Schir, thésarde en sociologie de la culture, côté cinéma ; elles ne travaillent pas. L'idée fait son chemin. Il faut découvrir le métier, sa complexité, ses facettes multiples : Marianne Ferrer se forme à l'INFL. L'idée devient projet.

Les deux comparses ont connu toutes les phases : étude de marché (concurrence, catégories socio-professionnelles, tranches d'âges…) ; stages chez de futurs confrères (l'Alinéa à Martigues, le Lézard amoureux à Cavaillon et, à Tarascon, Lettres vives). Tout cadre, tout colle : la ville de Salon plutôt bourgeoise, la zone de chalandise étendue (60 000 habitants avec les villages alentour), et une place à prendre depuis la fermeture de la librairie Terres rouges.
Marianne Ferrer et Régine Schir savent que la problématique de l'emplacement est centrale. Le réseau est mis en action : agences immobilières, personnel municipal… et enfin, l'aubaine : 90 m2 en plein centre, à deux pas du cours circulaire récemment rénové, lieu hautement commerçant de la ville. À proximité : lycées et collèges.
L'immeuble abritait jadis un marché aux grains. Gravé dans la façade classée en pierre de rognes, “Le grenier d'abondance” devient le nom de la librairie : tout un programme.

Une fois franchie la belle porte ancienne, le visiteur est frappé par la sobriété du lieu. Des étagères et des étagères. Un canapé. Rouge. Sous le plafond voûté, 4 000 titres, bientôt 7 000, et nul doute que les conditions sont réunies pour beaucoup plus. Marianne Ferrer et Régine Schir sont prudentes, mesurées : un pas après l'autre. Dans l'équilibre des rayons, on sent que la part belle pourra être faite aux sciences humaines qui occupent d'ores et déjà une place importante.

Il règne ici un intéressant potentiel de développement, tant au niveau du nombre de titres qu'à celui des animations : une baie vitrée s'ouvre sur un petit jardin à l'ombre d'un platane, et un sous-sol de 40 m2 déploie une salle tout en longueur. Loin du bruit de la rue, ces deux espaces évoquent immédiatement expositions, projections, causeries philosophiques et autres ateliers, conférences. Le rapprochement avec Salon Culture (qui gère différents projets culturels de la ville) a déjà commencé, les contacts avec l'université publique du temps libre sont amorcés, et bientôt pourrait se concrétiser un partenariat avec l'Agglopôle pour l'opération Lire ensemble, l'été prochain.

L'accueil des habitants est très enthousiaste et l'inauguration mi-octobre a fait librairie comble, à tel point que cela trouble les deux gérantes qui n'osaient en espérer tant : le début d'une autre vie, celle de libraire.

Abondance de livres et de projets ne nuit pas. (Facile, mais irrésistible !)

La librairie a été aidée par l'ANPE, l'ADELC et l'Agence régionale du Livre (stages).

Accès directs :