Pierre et Agnès Laurendeau aménagent à Champcella en 2012. Éditeurs depuis le début des années 80, ils y installent leurs deux structures éditoriales : Déléatur et Le Polygraphe.

Fondée en 1978 à Bordeaux, en sommeil depuis 2003, Déléatur compte à son catalogue des auteurs comme Yak Rivais, Jacques Abeille ou Patrick Boman (ses premiers textes). De la poésie et de la littérature contemporaine donc, en tirage de tête, proche du livre d'artistes.

Les éditions du Polygraphe sont quant à elles créées en 1990 dans le département de la Loire. Attachés aux “petits patrimoines”, Pierre et Agnès lancent la collection "Carnets de voyage sur la Loire" avec un ami illustrateur-architecte et le Comité régional du tourisme. Le premier volume sera vendu à 10 000 exemplaires. Ils publient ensuite des ouvrages de prospectives économiques et répondent à des commandes d'entreprises : “Pour cette structure nous avons choisi un modèle de lancement en nous positionnant comme éditeurs délégués. Nous achetions une partie des ouvrages pour les diffuser dans les réseaux traditionnels et le reste était du préachat”. Agnès s'occupe de la gestion, de la fabrication et des droits ; Pierre des auteurs, du choix des textes et des relations avec les libraires. Puis la structure gagne son autonomie éditoriale et lance la collection “Les cents”, qui aborde des questions de culture générale sous un angle ludique et pratique. Les tirages oscillent autour de 3 000 exemplaires et certains titres connaissent plusieurs réimpressions.

L'ensemble du catalogue est aujourd'hui disponible en numérique et en impression à la demande. Il vient de s'enrichir de trois nouvelles collections : “Le court”, dédiée aux textes courts, “Sous la cape”, dédiée aux “mauvais genres” (érotique, science-fiction, vampires et autres loups-garous), ainsi qu'une collection numérique jeunesse à destination des établissements scolaires (fourniture d'un fichier à l'enseignant, qui l'imprimera lui-même en format “impression à la demande” pour tous les élèves de sa classe ; compatible avec tous supports, le fichier contient des livrets éducatifs de 16 pages ; il coûte 1 €). “Les livres sont construits comme un dialogue entre texte et image. Nos fichiers sont enrichis de vidéos, nous intégrons des QR-Code vers des exercices et l'enseignant peut choisir de les imprimer ou de les utiliser sur tablettes ou liseuses.”
Pour toutes les collections numériques, notamment les contrats d'auteur repris, la répartition auteur/éditeur est de 50/50 sur les recettes. Les ventes transitent à 95 % par Numilog, et pour le reste via le site éditeur ou les écoles directement. “Le numérique peut sauver des textes qui n'ont pas trouvé l'accueil escompté. Mais pour l'instant ceux qui surfent recherchent la gratuité : sur les 700 téléchargements par mois qui transitent par Numilog, il y a 500 exemplaires de notre unique livre gratuit. Le gros avantage est qu'il n'y a pas de retours !”

Proches de la retraite, les deux compères souhaitent continuer l'aventure, produire (15 à 20 titres par an), diffuser, y prendre plaisir. Les deux labels font encore vivre un catalogue de près de 140 titres.

Derniers Titres parus de le Polygraphe éd.

Accès directs :