Le 30 mars 2021, le Centre national du livre a publié la quatrième édition de son baromètre "Les Français et la lecture". Réalisée par Ipsos sur la base d'un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, cette enquête dévoile les pratiques de lecture des Français en 2020, année marquée par la crise sanitaire.


Une activité en baisse...

Malgré les périodes de confinement, les Français ont moins lu en 2020. Le taux de lecteurs est tout de même de 81 %, avec en tête les femmes et les plus de 65 ans.

Les genres littéraires les plus délaissés - toutes générations et sexes confondus - sont les livres pratiques, les BD, les beaux livres et les livres pour enfants au profit des romans et des livres d'histoire.

Les freins à la lecture demeurent le manque de temps et la concurrence avec d'autres loisirs.


... mais qui demeure un plaisir...

La lecture se maintient en deuxième position des loisirs favoris des Français.

Si 95 % d'entre eux lisent par goût, 25 % le font également dans le cadre du travail. Pour cette raison, les lecteurs ont le sentiment de lire plus. Mais les Français ayant envie de lire davantage sont cependant moins nombreux que les années précédentes.

La lecture continue d'être privilégiée dans un cadre privé. On note une diminution de l'activité à l'extérieur, particulièrement en déplacement.


... toujours valorisé                                

Pour le plaisir, la détente, la découverte, mais également pour se sentir heureux et s'épanouir : les motivations varient fortement selon l'âge et le sexe des lecteurs, mais la principale est l'approfondissement des connaissances.

Les Français ont montré un fort attachement aux livres et aux librairies. L'achat en librairie généraliste devance à présent celles en grande surface et en ligne. Mais la fermeture temporaire des points de vente et des bibliothèques durant la crise sanitaire n'a pas été sans conséquences sur les pratiques.

Enfin, les leviers d'incitation à la lecture les plus cités sont "avoir plus de temps" et "discuter avec ses proches". Les réponses les plus avancées sont ensuite "une lecture plus facile", "des avis sur Internet ou des discussions sur les réseaux sociaux".


Lire l'étude

 

Accès directs :