Un jour de février 1991, Marc et Eric Moréno se retrouvent piégés dans un attentat à la bombe à la gare Victoria et s'en sortent physiquement. Victimes du syndrome de stress post-traumatique, longtemps, ils ne purent qu'ébaucher un synopsis, toujours rattrapés par l'ombre et la confusion. La compagne de Marc Moréno, Amélie Sarn découvre un jour les traces de cette histoire dans les cartons de son ami. Elle réussit avec brio à scénariser les peurs et les pensées des deux frères en transposant les faits réels à Bordeaux et en donnant un caractère un peu fantastique au sujet. Louis, l'artiste peintre, s'imagine vivre avec une tête de loup. La finesse de ce “roman graphique” est de suggérer paradoxalement les traumatismes nés ce jour-là, de faire comprendre le quotidien de toutes les victimes d'attentats après cette seconde naissance irrationnelle… autour d'une question : pourquoi en avons-nous réchappé ?

Franck Queyraud
Médiathèque Saint-Raphaël



Amélie Sarn (scénario), Marc et Éric Moreno (dessin)
271 p. format 24 x 17
ISBN : 978-2-35419-000-2
Les Enfants rouges

Derniers Titres parus de Les Enfants Rouges

couverture du livre Dibbouk

Dibbouk

Le Dibbouk Un Dibbouk est l'esprit d'un mort. Il prend possession d'une personne vivante et se sert d'elle pour terminer quelque chose que le défunt avait commencé. Ca...

En savoir plus

couverture du livre Motel

Motel

Death or Glory chantait The Clash. Pas si simple de tenir l'adage punk quand on a dépassé la trentaine et qu'on vit dans une petite ville de province grise comme la pluie,...

En savoir plus

couverture du livre Love me

Love me

- Tu trouves pas qu'il a un truc spécial ? - Bof ! Moi ce que je vois, c'est qu'il est beaucoup plus vieux que toi et qu'il te voit comme une petite soeur. On se fait...

En savoir plus

Accès directs :