Créé en 2020 sous l'impulsion du bâtonnier Yann Arnoux-Pollak et de l'avocate Sylvie Campocasso, le Prix littéraire du Barreau de Marseille a pour objectif de récompenser un auteur dont le livre traite des préocupations professionelles, éthiques, ou humaines des avocats. D'envergure nationale, il s'est adossé au festival Oh les beaux jours ! et la Société de courtage des Barreaux qui offre la dotation de 3 000 €. Avec son roman Ce qu'il faut de nuit, Laurent Petitmangin est le premier lauréat.

Présidé cette année par Valérie Toranian, journaliste et écrivaine, le jury est composé de huit avocats reflétant la diversité des membres du Barreau. La sélection des ouvrages retenus révèle l'intérêt pour l'engagement dans la défense des droits des plus faibles, dont les  femmes abusées, les enfants victimes, les ravages de la drogue, le meutre en cas de légitime défense, les problèmes de monoparentalité, etc. 

La sélection 2020  : 

Dans les geôles de Sibérie, de Yoann Barberau, Stock
Love me tender, de Constance Debré, Flammarion 
Arène, de Négar Djavadi, Liana Levi
Il est des hommes qui se perdront toujours, de Rebecca Lighieri, P.O.L.
Ce qu'il faut de nuit, de Laurent Petitmangin, La Manufacture de livres
- Le consentement, de Vanessa Springora, Grasset

 
Le lauréat est Laurent Petitmangin pour son roman Ce qu'il faut de nuit (Éditions La Manufacture de livres, 2020).
Le jury souligne « la qualité de l'écriture, la force du dispositif romanesque, la subtilité et l'âpreté émouvante du texte, ainsi que sa capacité à susciter une émotion dénuée de tout pathos ».

Accès directs :