Le concours de dessin Transmurailles récompense chaque année, pendant le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, des dessinateurs amateurs détenus. En 2019, un mineur incarcéré dans la région remporte le prix "spécial jeunesse".

Organisé par l'association du Festival en partenariat avec le ministère de la Justice (service pénitentiaire d'insertion et de probation, en charge de la culture dans les établissements pénitentiaires), le concours Transmurailles existe depuis 11 ans. Cette année, les détenus mineurs et majeurs ont travaillé autour du thème de la mer. 117 participants (contre 95 en 2018), issus de 27 établissements de France métropolitaine et d'outre-mer, ont envoyé leurs dessins.


« Je voulais dire aux gens qui disent qu'ils ne savent pas dessiner, il faut essayer, il faut toujours avoir un espoir, faut prendre le temps. » (W.)

Parmi les 18 lauréats, un jeune mineur détenu dans un établissement pénitentiaire de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. W., 16 ans, a découvert le dessin en suivant l'atelier BD proposé par l'association Heartwork avec le soutien du Centre national du Livre. Six jeunes ont participé à cet atelier fin octobre 2018. Encouragé par l'animateur et ses encadrants, W. a envoyé sa planche de BD au Festival.

Alors que le prix lui sera officiellement remis ce vendredi 8 mars au sein de son établissement, W. raconte comment il vit cette expérience...

Dessinez-vous régulièrement ? Que vous apporte le dessin ?

Dessiner me permet de passer le temps et ça détend. Je n'avais jamais dessiné avant, cela demande du temps pour s'appliquer. Je me suis inspiré pour faire mon dessin d'une image dans un livre. Je n'ai jamais essayé de dessiner, c'est la première fois.

Êtes-vous fier de savoir que vos planches ont été retenues dans ce concours national ?

Oui, cela me fait plaisir, ça me fait plaisir qu'un mineur gagne, qu'il ait réussi. Comme on dit, "quand on veut on peut", il faut y croire. Les majeurs qui ont participé au concours étaient entraînés, mais moi c'était la première fois. J'ai eu deux ou trois semaines pour mettre mon dessin au propre. À la base, j'étais pas conscient de pouvoir gagner.

Avez-vous envie de continuer à dessiner ?

Pourquoi pas, je pourrais m'améliorer. Je pourrais dessiner des animaux. Je voulais dire aux gens qui disent qu'ils ne savent pas dessiner, il faut essayer, il faut toujours avoir un espoir, faut prendre le temps. Quand on écoute ce qu'on nous dit, on progresse. Le monsieur qui nous montrait, il m'a appris à avoir le geste par exemple, ne pas appuyer trop fort avec la gomme, pour former des ombres, donner des nuances avec les ombres. Je pourrais essayer de dessiner avec des couleurs. Dans ma cellule j'ai des feuilles, bon c'est pas des bonnes feuilles, mais après je prends des livres à la bibliothèque et puis ça m'inspire, je dessine dans ma cellule.

Accès directs :