L'Agence s'associe au groupement Libraires à Nice et relaie le communiqué de presse ci-dessous :



COMMUNIQUE DE L'ASSOCIATION « LIBRAIRES À NICE »

Nous, libraires de l'association « Libraires à Nice » soutenons nos collègues de la librairie « Les Parleuses ».

Rappel des faits : le vendredi 9 décembre lors de la visite dans le quartier du ministre de l'Intérieur, les forces de l'ordre ont bâché les vitrines de la librairie « Les Parleuses » pour cacher des messages de soutien aux femmes violentées. Ces messages ne présentaient aucun caractère diffamatoire, la preuve : aucune verbalisation n'a eu lieu. De plus, ces mêmes forces de l'ordre ont interdit sans justification légale l'ouverture de la librairie.

Colère, indignation et incrédulité, sont les sentiments qui nous habitent face à la bêtise de cet acte contre la liberté d'expression et la liberté de commerce. Bâcher des vitrines de librairie pour protéger l'égo d'un ministre même pas nommé sur les affichages ! Nos collègues ont lancé une procédure qui leur apportera, nous l'espérons, réparations.

Nous, libraires à Nice, soutenons la cause des femmes dans leur combat sociétal contre la violence.

Nous, libraires à Nice, soutenons la liberté d'expression des lieux de toutes les expressions que sont les librairies.

Nous, libraires à Nice, soutenons la liberté de commerce de la librairie reconnue comme commerce essentiel par le gouvernement.

Nous demandons des explications officielles de la part du préfet, représentant de l'état et chef des forces de police.

Nous appelons les représentants politiques des différents échelons, ville, département, région à apporter leur soutien à la librairie « Les Parleuses ».

Nous demandons à tous les représentants de la culture municipaux, départementaux et régionaux à apporter leur soutien à la librairie « Les Parleuses ».

Nous demandons à toutes les associations culturelles d'apporter leur soutien à la librairie « Les Parleuses » et de faire suivre cet appel à leurs adhérents et publics.

Et enfin, nous félicitons nos collègues qui par leur action ont permis aux forces de l'ordre de cristalliser dans cet « atelier créatif » quasi freudien la façon dont elles considèrent la parole des femmes (et qui leur est reproché au quotidien par les associations de femmes), en jetant concrètement un voile pudique sur cette même parole affichée sur les vitrines de la librairie « Les Parleuses ».

L'association « Libraires à Nice » regroupe les librairies suivantes :

  • Librairie BDfugue
  • Librairie Les Parleuses
  • Librairie La Procure
  • Librairie Jean Jaurès
  • Librairie Masséna
  • Librairie Les Journées Suspendues

 

Communiqué des éditions du Seuil

« On ferme une librairie. On censure un livre.

Nous sommes en France en 2022. À l'occasion de la venue à Nice du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, la police a fermé de force une librairie.

Les vitrines de la librairie Les Parleuses, qui exposaient le livre d'Hélène Devynck, Impunité, ont été bâchées de noir et les clients interdits d'entrée.

C'est une atteinte inacceptable à la liberté d'expression. C'est un acte qui ne peut rester impuni. 

Les éditions du Seuil apportent tout leur soutien aux libraires de France qui, quelles que soient les opinions, sont des défenseurs actifs de la liberté d'expression dans notre pays.»  

Accès directs :