Arles, 53 000 habitants, peut s'enorgueillir d'abriter des acteurs qui comptent sur la scène nationale et internationale du livre : Actes Sud, Harmonia Mundi, le Collège International des Traducteurs littéraires, les Éditions Philippe Picquier, le Centre de Conservation du Livre... La liste devrait bientôt se rallonger, grâce à l'ouverture d'un espace entièrement dédié aux éditeurs.


Les anciens ateliers SNCF de la ville d'Arles connaissent depuis quelques années d'ambitieux projets de réhabilitation, placés sous le signe de l'image et des industries numériques. Une aubaine pour lancer une nouvelle dynamique : en bordure du centre ville, plus de dix hectares sur lesquels sont implantés de nombreux bâtiments, dont la fameuse grande halle bien connue pour accueillir certaines expositions des Rencontres internationales de la Photographie.

Au sein de ce pôle en devenir, la partie ouest sera consacrée à la culture, aux loisirs et aux services. Pour son élaboration, financeurs publics et mécènes y côtoient grands architectes et créateurs.
La partie est du site, quasiment achevée, fait la part belle aux études supérieures (avec un iut et l'école Supinfocom) et aux entreprises. Un grand bâtiment, l'atelier des roues, a entièrement été rénové ; les façades d'origine ont été rafraîchies, tandis qu'au centre se déploie désormais une cour intérieure bordée de bureaux, sous des poutrelles de bois et d'acier.

C'est dans ce cadre, au bon goût des friches industrielles, que vient de naître une maison pour éditeurs. En 2007, Arles a confié à Marc Normand, consultant – notamment pour le pridès livres et disques - et ancien directeur de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la ville, une étude-prospection (financée à 50 % par la commune et à 50 % par ce pridès) concluant en faveur de l'implantation d'une telle maison.
350 m2 ont donc été réservés pour mener à bien le projet : 19 bureaux de 12 à 25 m2, des salles de réunion, un espace de stockage, des sanitaires, une cafétéria et un accueil composent le rez-de-chaussée ; à l'étage, 170 m2 dont l'usage sera défini ultérieurement. Tout équipé, précise la brochure de présentation, de l'alarme anti-incendie et anti-intrusion au réseau informatique et à l'Internet haut-débit en passant par l'isolation acoustique ou un matériel de reprographie performant.

Ni hôtel d'entreprises ni pépinière, la Maison des éditeurs ne dispose pas encore de charte ou de règlement commun à tous ses futurs occupants. La formule proposée à l'heure actuelle regroupe, moyennant paiement à la ville d'un loyer garanti les deux premières années de 150 euros ht par an et par m2, des services hybrides délivrés conjointement avec le pridès :
- une secrétaire commune affectée à l'accueil,
- l'entretien des locaux,
- des permanences de spécialistes en gestion, droit, marketing, fiscalité…
- l'organisation de petits déjeuners communs sur des thèmes à définir,
- un rendez-vous trimestriel avec l'équipe du pridès.
Le tout à affiner avec l'arrivée des éditeurs. Une répartition des rôles de chacun sur le long terme reste en effet à mettre en place, entre la ville propriétaire des murs, le pridès et ses partenaires, et l'ensemble des occupants.

Harmonia Mundi, qui se réjouit de l'initiative, a financé la réalisation d'une plaquette de présentation mettant en avant l'environnement très agréable et listant les avantages liés à l'implantation sur ce site. En cette rentrée 2008, le chantier touche à sa fin. Un démarchage téléphonique a été réalisé par le pridès auprès de centaines d'éditeurs. Plusieurs se sont montrés intéressés et deux, les éditions de l'Éclat et les éditions Où sont les enfants ?, ont d'ores et déjà déposé leur dossier de candidature. Trois autres structures sont en pourparlers. À suivre dans Dazibao.


On imagine volontiers cette sympathique Maison grouillant d'éditeurs créatifs, jeunes ou confirmés, échangeant sur leurs expériences, profitant d'un cadre propice aux collaborations. Ce projet innovant – il n'en existe pas d'autre aujourd'hui – connaîtra sans doute bon nombre d'évolutions ou ajustements. Gageons que cette forme nouvelle de partage stimulera les esprits et engendrera des projets enthousiasmants. Une autre maison d'éditeurs est d'ailleurs à l'étude au pays de Forcalquier.

Accès directs :