En cette rentrée 2018, le master Traduction littéraire fait peau neuve et devient le master Traduction éditoriale, avec des pédagogies innovantes et la publication des travaux des étudiants au cœur de la formation.

 

Apprendre avec les professionnels de la traduction et de l'édition

Dirigé par Maïca Sanconie, traductrice, et Laurence Belingard, universitaire, le master existe depuis 2004. Si son objectif est toujours de former des traducteurs littéraires, les méthodes pour y arriver ont évolué : pour cette nouvelle année universitaire, l'accent est mis sur la professionnalisation.

Au total, 45 % des cours sont dispensés par des professionnels. Le master a mis en place de nombreux partenariats avec des structures professionnelles au niveau national (Association des Traducteurs Littéraires de France, Association pour la Promotion de la Traduction Littéraire, Maison Antoine Vitez, Maison des Écrivains et de la Littérature...) et local (Assises de la traduction et Collège International des Traducteurs Littéraires à Arles, AMDA Production - qui s'occupe du surtitrage des spectacles du Festival d'Avignon -, éditions Le Mot fou et Chemin de ronde...).

Le master bénéficie d'un contexte culturel local riche qui permet aux étudiants de s'imprégner d'une véritable culture de la traduction et d'être capables, à l'issue de la formation, de traduire aussi bien des pièces de théâtre que des romans contemporains.

 

Un CV déjà fourni et des débouchés variés

Les enseignements, répartis en quatre semestres, s'articulent autour d'un projet central : la traduction et la publication d'un ouvrage. Pour ce faire, chaque promotion travaille pendant deux ans auprès d'un éditeur partenaire. Cette année, les étudiants traduiront et publieront aux éditions Le Mot fou (Forcalquier) un livre qui paraîtra en 2019. De la négociation du contrat jusqu'au rendu final, l'expérience se veut la plus complète et réelle possible.  

En plus d'avoir une publication à leur actif, les étudiants pourront ajouter à leur curriculum vitae une expérience de stage (obligatoire) allant de 1 à 3 mois ainsi qu'un portfolio attestant des diverses compétences acquises.

Des compétences qui peuvent leur ouvrir de nombreuses portes. À l'issue du master, les débouchés et métiers possibles sont multiples : rédacteur spécialisé multilingue, contrôleur qualité (correcteur, relecteur, réviseur, testeur), formateur en langue et traduction, assistant éditorial, sur-titreur, sous-titreur, lexicographe, terminologue, responsable du multilinguisme et de l'interculturel, chargé de communication multilingue, etc.

 

Une journée d'échanges à la Maison des métiers du livre de Forcalquier

Toujours dans un objectif de professionnalisation, les étudiants du master participent ce mardi à une journée d'échanges avec des professionnels de la Maison des métiers du livre de Forcalquier.

Ils rencontreront à cette occasion :

  • Sébastien Renard, traducteur néerlandais installé à Forcalquier
  • Olivier Siméon, gérant d'un espace de coworking au sein de la Maison des métiers du livre
  • Emmanuel Jeantet, des éditions C'est-à-dire
  • Lisa Isirdi, graphiste et formatrice

Ces derniers, en plus de témoigner de leurs parcours et expériences, aborderont des thèmes plus spécifiques comme "travailler sous un statut indépendant" ou encore "comment créer un réseau ?". Une bonne entrée en matière !

 

Accès directs :