Obstinément, André Dimanche poursuit, depuis 1978, un travail d'éditeur éclectique et cohérent.

Éclectique : livres de poésie, essais sur l'art, documents sonores, romans, oeuvres inclassables. Même un jeu de cartes, le fameux jeu de Marseille, dessiné par des artistes du mouvement surréaliste figure à son catalogue.
Cohérent : par le choix exigeant des textes, la recherche d'oeuvres singulières, la fidélité aux auteurs, les liens établis entre la littérature et la peinture, et le soin constant apporté à l'objet livre.

L'aventure d'André Dimanche est ponctuée de rencontres et d'amitiés déterminantes : Christian Guez-Ricord, Bernard Noël, Christian Tarting… Parmi les poètes d'aujourd' hui qu'aime et publie l'éditeur on trouve James Sacré, Jean Tortel, Nicolas Pesques, Bernard Vargaftig.
Présente dès le premier livre (un texte de Guez-Ricord sur le peintre japonais Key Sato), la peinture se décline sur les couvertures composées, pour les livres de poésie, par Debré, Degottex, Voss, Ceccarelli… et dans de nombreux essais et monographies.
La collection « documents sonores » permet d'entendre les voix d'Artaud, Adamov Duchamp, Masson, Vilar… ces coffrets comprenant livres et CD constituent d'étonnantes rencontres entre le son, le texte et les illustrations.
Avec André Dimanche, nous avons découvert ou redécouvert Henri–Pierre Roché, Ramón Gómez de la Serna, César Aira, nous avons rêvé devant Marseille-New York, une liaison surréaliste puis en parcourant Et l'au-delà de Suez. Deux livres qui contribuent à renforcer l'identité culturelle de Marseille.

Cette « rentrée » 2005 marque un nouveau tournant puisque les éditions changent de diffusion et de distribution. Harmonia mundi prend le relais, après dix années passées avec Actes Sud et Union distribution.

Une nouvelle collaboration couronnée par trois projets d'envergure, dans la continuité de la ligne éditoriale
- Un roman-fable de César Aira : la Princesse Printemps , traduit par Michel Lafon.
Cet Argentin, né en 1949, est un de ces écrivains prolifiques et protéiformes qu'aime à nous faire partager André Dimanche. Il a déjà publié quatre titres de cet auteur, dont le superbe Un épisode dans la vie du peintre voyageur.
- Une magnifique et imposante rétrospective Gilles Aillaud. Les textes de Jean-Christophe Bailly éclairent le parcours de l'artiste, peintre, poète, scénographe…
- Enfin un livre inclassable et insolite comme cet éditeur en a le secret : La Chambre de Joë Bousquet, enquête et écrits sur une collection. Joë Bousquet, blessé en 1918, paralysé à vie, vécut dans sa «chambre aux volets clos», à Carcassonne, jusqu'à sa mort en 1949. Dans cette chambre, lieu de rencontres, de création, de souffrances, des oeuvres de Max Ernst, de Bellmer, d'Arp, de Fautrier, Magritte, Klee, Tanguy, Malkine… ont entouré et nourri le poète. Nous les découvrirons, accompagnées par les textes de Bousquet sur la peinture, dans ce livre, véritable enquête menée pour les retrouver.

Aventurier solitaire, en recherche perpétuelle de nouveaux projets, André Dimanche présente sur le marché du livre le fruit d'un travail connu, reconnu, apprécié par la
critique. Pour un public d'acquéreurs malheureusement trop peu nombreux, d'où des difficultés économiques cycliques, et un soutien régulier apporté par diverses institutions culturelles. Artiste avant tout peut-être, l'éditeur souhaiterait bien sûr qu'un de ses livres rencontre 50 000 lecteurs… Ce type de publication le permet-il ? Souhaitons-lui en tout cas que des professionnels (libraires, bibliothécaires) enthousiastes et passionnés comme lui se mobilisent et montrent, à travers tables et vitrines, les nouveautés et le fonds du catalogue. Ainsi pourraient-ils eux aussi transmettre un peu de cette vie littéraire et picturale du xxe siècle, si riche, si dense, et conquérir à leur tour de nouveaux lecteurs.

Accès directs :