La création d'un livre audio

Source : "Livre blanc" de la commission du livre audio du SNE (2015).

 

Le chargé de production

Équivalent de l'éditeur, il supervise la production et coordonne les différents aspects de sa mise en œuvre : choix de l'interprète, relation avec le studio, réalisation artistique, fabrication. Il travaille de concert avec l'équipe promotionnelle et commerciale afin de faire respecter les plannings et les budgets. S'agissant de la réalisation artistique, il donne notamment ses directives à l'interprète ainsi qu'à l'ingénieur du son, les maisons d'édition accordant plus ou moins de liberté à l'interprétation et à l'enrichissement sonore (virgules musicales entre les chapitres, bruitages, musique, etc.). 
Le chargé de production est également responsable du dépôt des œuvres auprès des sociétés qui gèrent collectivement la perception et la répartition des droits des auteurs, compositeurs, producteurs et interprètes. Il doit notamment déposer une demande d'autorisation à la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) pour reproduire les œuvres du répertoire administré par la Société pour l'admnistration du droit de reproduction mécanique (SDRM) sur un phonogramme.

 

L'interprète

Choisi pour sa capacité à faire entendre un texte, l'interprète a généralement une formation en théâtre ou en doublage. Certaines maisons d'édition pratiquent régulièrement des castings pour sélectionner leurs futurs interprètes. Mais les studios, les chargés de production ou les auteurs eux-mêmes peuvent également être force de proposition. 
Pour certains titres, il est fait appel à des actrices ou acteurs connus, dans un souci de promotion des livres audio auprès du grand public. La "Bibliothèque des voix", première collection française de livres audio créée en 1980 par Antoinette Fouque, propose des enregistrements de grands textes lus par des comédiennes et comédiens de renom.
De même, les Éditions Thélème ont pour ambition de donner à « écouter des livres audio lus par de grands comédiens ». André Dussolier, Jacques Weber, Guillaume Gallienne, Michaël Lonsdale, Denis Podalydès ou Lambert Wilson sont ainsi autant de grandes voix qui figurent à leur catalogue comme à celui d'autres éditeurs de livres audio. 
Parfois, c'est l'auteur lui-même qui prête sa voix à la lecture de son texte, à l'instar de Pierre Lemaître ou de Daniel Pennac. C'est notamment le cas pour les romans autobiographiques, comme Demain, j'aurai 20 ans d'Alain Mabanckou ou Qui a tué mon père ? d'Édouard Louis. Selon les éditeurs interrogés, aujourd'hui environ 10 % des auteurs demandent à interpréter leurs propres textes.
Pour certains titres, en particulier ceux à destination de la jeunesse, l'éditeur peut également faire appel à des musiciens, des chanteurs, voire des designers sonores ou des bruiteurs pour enrichir l'interprétation.

  

L'ingénieur du son

Technicien souvent issu du milieu musical, l'ingénieur du son est chargé de l'enregistrement, du mixage et du mastering du livre audio. En fonction des projets, il peut aussi faire office de directeur artistique et, à ce titre, diriger les comédiens. Il est donc le garant de la qualité de l'enregistrement sonore. 
Il peut soit travailler dans le studio intégré de l'éditeur, soit dans un studio indépendant auquel ce dernier fait appel pour la production de ses titres. D'après une étude menée par Numered Conseil auprès de 21 éditeurs de livres audio, 48 % d'entre eux disposent de leur propre studio, les autres faisant appel à des structures externes.
En 2020, plusieurs studios professionnels francophones (Nova Spot, L'Orangerie Studio, QualiSons, Rosalie, Safe and Sound et Studio 5 sur 5), spécialisés dans l'enregistrement de livres audio, de podcasts et de dramatique radio diffusés aux formats numérique et physique, ont créé l'association Chapitre 6 afin de garantir des productions de qualité aux éditeurs et aux audiolecteurs. Des réflexions ont ainsi été engagées afin de rédiger une charte de qualité.

 

Quelques chiffres

Les données ci-dessous proviennent de l'enquête menée par Numered Conseil en 2019 auprès de 21 éditeurs de livres audio francophones (hors Audible).

  • Le volume de production éditoriale est très inégal : d'un seul titre par an pour les plus petites maisons d'édition à 220 titres annoncés pour les plus importantes. Neuf éditeurs sur 21 indiquent avoir produit plus de titres en 2020 qu'en 2019.
  • 14 éditeurs parmi les 21 interrogés ont constaté une progression des ventes, tant en volume qu'en valeur, de livres audio numériques entre 2018 et 2019. Les taux de croissance annoncés sont toutefois très variables : de + 10 % à + 300 %. Dans le même temps, 17 éditeurs déplorent une stagnation, voire une baisse des ventes, en volume et en valeur, de livres audio physiques. Neuf d'entre eux vendent plus de livres audio numériques (trois étant des "pure players").
  • Sur 18 éditeurs interrogés, seuls quatre réalisent entre 15 et 20 % de leur chiffre d'affaires à l'étranger, les autres étant à moins de 10 %.
  • En moyenne, une heure d'écoute demande 2,5 heures d'enregistrement et autant de postproduction. Les écarts peuvent être très importants en fonction du projet éditorial et des conditions d'enregistrement. Il est à noter qu'une heure d'écoute représente la lecture d'environ 9 500 mots.
  • Si le coût de production d'une heure d'écoute est très variable en fonction du projet éditorial (un ou plusieurs interprètes, notoriété du comédien, intégration de musique et de sound design, etc.), il est en moyenne de 2 600 euros l'heure finie.
  • Le tirage moyen d'un livre audio physique est, selon les éditeurs interrogés, de 1 500 exemplaires, avec une fourchette allant de 300 à 5 000 exemplaires.

Pour aller plus loin...

Vidéos réalisées dans le cadre de la Semaine du Livre audio organisée par l'Agence régionale du livre Provence-Alpes-Côte d'Azur du 23 au 26 novembre 2020.

Accès directs :