À l'heure actuelle, les livres audio sont disponibles principalement en MP3, WMA et WAV. Gérés par les logiciels Microsoft sous Windows, les deux premiers sont des formats compressés de qualité variable, alors que le troisième, non compressé, est de très bonne qualité et utilisé essentiellement par les professionnels du son.

 

Le format Daisy (Digital Accessible Information System)

Composé de fichiers audio et d'un fichier de contrôle de la navigation, le Daisy a été conçu pour faciliter la lecture aux personnes déficientes visuelles ou empêchées de lire des livres imprimés. Contrairement aux livres audio commercialisés auprès du grand public, ceux au format Daisy offrent de nombreux avantages :

  • navigation plus fine et plus structurée dans le livre (par chapitre, section, phrase, etc.) ;
  • pose de signets pour retrouver un passage précis ;
  • mémorisation de la dernière position de lecture ;
  • variation de la vitesse de lecture ;
  • mise à disposition d'informations diverses (temps de lecture écoulé ou restant, titre des chapitres, etc.).

Munis d'un appareil de lecture audio Daisy, les audiolecteurs peuvent alors parcourir plus facilement le livre audio, retrouvant des usages proches de ceux du livre papier.
Le Daisy est aujourd'hui employé par les bibliothèques sonores et les organismes bénéficiant de l'exception handicap au droit d'auteur et agréés pour accéder aux fichiers numériques des éditeurs, à l'instar de l'Association Valentin Haüy, qui propose aux personnes handicapées visuelles des livres audio sur sa plateforme Eole

 

Vers un nouveau format ?

Les formats traditionnels contiennent un ensemble de pistes n'autorisant qu'une navigation restreinte dans le livre audio : piste avant ou piste arrière. Cette limitation technique ne permet ni d'intégrer une table des matières ni d'enrichir les métadonnées, qui garantiraient à l'utilisateur une navigation plus précise dans le livre audio. Comme l'explique Laurent Le Meur, directeur de l'European Digital Reading Lab (EDRLab), l'absence actuelle de format standard est un frein aux échanges entre producteurs et distributeurs, mais aussi au prêt numérique en bibliothèque (PNB) qui, pour le moment, ne peut s'opérer qu'en streaming connecté.

Alors que le livre audio dématérialisé prend de plus en plus d'essor, le World Wide Web Consortium (W3C) travaille à l'élaboration d'un nouveau format audio normalisé, ouvert et lisible sur tous les appareils. Laurent Le Meur a ainsi œuvré avec le W3C, en 2019 et 2020, à la rédaction de recommandations (disponibles sur le site w3.org) pour que ce nouveau format puisse intégrer les besoins spécifiques du livre audio, notamment un fichier de contrôle de navigation JSON. Selon lui, ce standard doit répondre à plusieurs objectifs :

  • simplifier les échanges de livres audio entre éditeurs et distributeurs, et entre distributeurs et libraires ou bibliothèques publiques ;
  • devenir un format de téléchargement et d'écoute en ligne pour les audiolecteurs ;
  • résoudre un problème de taille pour l'ensemble des acteurs du livre audio, à savoir faciliter la coordination pour faire progresser la qualité et la richesse des livres audio, sans avoir à passer par les méga-distributeurs du type Audible (Amazon) ;
  • intégrer, à terme, plus de métadonnées et une table des matières afin d'enrichir la navigation et de satisfaire aux directives d'accessibilité.

Il s'agit donc de créer un format spécifique pour le livre audio, lisible dans le lecteur ouvert Readium, mais aussi de pouvoir protéger le livre audio de la copie avec la DRM LCP, verrou numérique issu de la technologie de Readium. Cela permettrait par la suite d'envisager la mise en place d'un système de chronodégradabilité des fichiers pour les prêts en bibliothèque.

Accès directs :