Clés de lecture

Dans l'histoire de la littérature, on peut recenser quelques amateurs de jeux de ballon, comme Pierre de Ronsard, qui évoque la soule, l'ancêtre du football, ou encore Montherlant. On relèvera d'autres références moins positives comme dans Le Roi Lear de Shakespeare (Acte I, scène IV) où une insulte est lancée par le duc de Kent « You, base football player! » (« Toi, mauvais jour de football ! »).

Si dès le 19siècle, on trouve régulièrement dans la littérature des références au sport, c'est dans les années 1920 que nait chez les écrivains un véritable engouement pour les pratiques sportives. Les jeux olympiques de 1924 à Paris y contribuent. La Fédération Française de Football crée son concours littéraire en 1928. Jean Giraudoux, écrivain parfois chroniqueur sportif, publie également cette année-là un essai intitulé Le sport. Notes et maximes, glorifiant les bienfaits de l'activité physique et de la compétition.

Pasolini écrit en 1971 un texte sur le langage du football. « Je ne vois pas d'opposition entre le langage littéraire et le langage sportif », écrit-il. « Le langage des joueurs de foot, athlétique, stylistique, technique, forme ainsi un ensemble de signes et constitue, pour lui, un véritable moment de poésie. » Ce texte se conclut par : « Le dribble et le but sont les moments individualistes-poétiques du football et c'est bien pour cela que le football brésilien est un football de poésie. Sans faire une distinction de valeur mais dans un sens purement technique, la prose à tendance esthétique des Italiens a été battue au Mexique par la poésie brésilienne. »

Au fil des années et des coupes du monde, le football est devenu un objet légitime de création. Bien plus qu'un sport, il est devenu une métaphore du monde. La littérature explore un imaginaire du football souvent lié à l'enfance, à l'adolescence, au souvenir ; il est associé alors à l'invention et à l'imaginaire, à la camaraderie, à la débrouille, au jeu et au plaisir, à la joie. On peut citer en exemple Carton jaune du Britannique Nick Hornby.

Jean-Philippe Toussaint dans son livre Football évoque « le passage de sérieux de l'enfance à la puérilité des adultes ». Le sujet étant pour l'auteur le temps qui passe. « Il ne peut rien nous arriver pendant qu'on regarde un match de football : comme dans la proximité bénéfique et frontale d'un sexe de femme (…) le football, pendant qu'on le regarde, nous tient radicalement à distance de la mort. »

Les émotions procurées par le spectacle du match, les victoires et les défaites, la chair, la sueur, sont autant de matières qui viennent nourrir les auteurs. Certains événements dramatiques et historiques - le drame du Heysel par exemple dans le roman de Laurent Mauvignier - s'imposent comme sujet par leur impact, la sidération qu'ils entrainent et parce qu'ils s'inscrivent dans la mémoire collective.

Frédéric Dard entraîna San-Antonio sur les terrains de football dans San Antonio renvoie la balle (éditions Fleuve Noir, 1960). La Série noire publiait en 1973 À mort l'arbitre d'Alfred Draper. Fait de société incontournable, le football est au cœur de nombreux polars ou romans noirs plongeant dans les dessous du pouvoir, les affaires douteuses, le marché des joueurs et les dérives financières, liant le football à l'économie, à la politique… Les auteurs s'emparent de l'épopée d'un club ou d'un personnage marquant. David Peace, après avoir dans 44 jours suivi le parcours de Brian Clough (manager de football anglais), poursuit son immersion dans les réalités du football dans Rouge ou mort où il rend hommage, à travers la figure exemplaire de l'entraineur Bill Shankly, au monde ouvrier anglais menacé. Pour lui, le football est « la métaphore de la destruction des ouvriers » soulignant ainsi le rapport historique entre le football anglais et le monde ouvrier.

Éric Cantona publie en 2017 Mon carnet chez Flammarion. Jorge Valdano, joueur et entraîneur argentin, appartenant à l'équipe qui a gagné la coupe du monde de 1986, devenu journaliste à El pais, est aujourd'hui un écrivain reconnu, tissant des ponts entre sport et culture.

extraits

(…) Il faut que je les trouve. Bientôt il sera trop tard, il y a trop de monde, on me bouscule, tout le monde piétine. Maintenant tout le monde aimerait avoir pris sa place dans le stade. Désormais, ce n'est plus la colère qui m'écrase, mais l'étonnement et la stupéfaction : une canette a éclaté à mes pieds, de la bière a éclaboussé mes chaussures et mes bas de pantalon. Je ne bouge pas et je reste là, j'attends, je relève la tête et j'entends les voix qui viennent du dessus des gradins, d'où l'on voit des visages, des jeunes qui courent sur les hauts des gradins - ils sont là depuis combien de temps ? Là-haut, tournés vers l'extérieur, vers nous, à regarder tous ceux qui attendent encore d'entrer ? Et eux, de là-haut, ça les chauffe, ils s'excitent et piétinent, ils font des gestes obscènes contre nous. Ils gueulent et jettent des canettes à moitié vides qui explosent au sol. Les gens en bas, à côté de moi, n'ont pas peur et montrent les poings en gueulant. J'en ai vu qui se mettent à leur tour à lancer des cailloux et des bouteilles vides qui éclatent contre le mur d'enceinte. Et les cris, les mouvements par à-coups du flot qui avance et pénètre dans l'enceinte. Je n'y peux rien, je suis entraîné vers l'entrée, vers le sas où les policiers et les agents du stade vérifient les billets. Mais je n'ai pas de billet. Je n'ai rien que mon corps qu'on charrie et mes pieds qui refusent et freinent, dans la poussière, sous la chaleur. Il ne faut pas, je me cabre, résiste, retiens. Les muscles se tendent et puis, un instant, il y a derrière moi comme un trou. Je recule d'un grand pas en arrière. Puis un autre. Je ne veux pas entrer maintenant, comme ça, sans elle. Où est-elle ? Elle. Virginie. Sans qui la finale n'est rien. Sans qui rien n'est rien. Ma colère tombe à cause du besoin que j'ai de répit, de prendre le temps de retrouver mon souffle, en aspirant profondément des goulées de cet air tiède et puant d'odeurs de merguez et de pots d'échappement, saturé de poussière, que je recrache alors en petits souffles courts, rapides. Ma poitrine se soulève au-dessus de cette odeur qui monte. Et moi qui hier soir me sentais comme le roi du monde, tout entier occupé à gagner mon premier travail et des billets pour une finale, me voilà avec l'impression de ne plus rien avoir que le soleil au-dessus de ma tête.

Dans la foule, Laurent Mauvigner, I, 4, Les Éditions de Minuit, 2006

 

 

Subitement vous vous êtes dit plus que quinze minutes et nous serons champions d'Europe, vous vous êtes dit quinze minutes et quatre au pire de temps additionnel, dix-neuf minutes à tout casser et nous voilà consacrés et ce sera mérité, notre but d'avance est un peu chanceux, tir contre goal adverse pris à contre-pied, chanceux oui mais la chance se force et nous l'avons forcée, nous serons champions d'Europe dans dix-neuf minutes et ce sera mérité, dix-neuf minutes, c'est-à-dire trois œufs à la coque et demi, trois poussières et demie avant le sacre, parasites tout cela je vous dis, parasites en vos crânes, brouillage des justes ondes, estompage des lignes, dilution du jeu, oubli de l'herbe, tête en l'air, ne regarde pas où mets les pieds, tombe dans le puits, non qu'il faille s'interdire de penser, mon Dieu non, c'est par défaut de réflexion au contraire qu'ont péché vos pieds, chevilles aphasiques, orteils séparatistes, hémiplégie des jambes, passes dans le vide, appels de balle en caoutchouc, chacun des onze en autarcie sur sa chaîne de radio intérieure, la vérité est que vous avez cessé de jouer juste.

Jouer juste, François Bégaudeau, Verticales, 2003

Pistes d'actions de médiation

Atelier d'adaptation BD 

À partir d'un extrait d'un texte de littérature (une ou deux pages), créer une planche de bande dessinée en suivant les différentes étapes de la fabrication : synopsis, scénario, story-board, documentation-recherche, crayonnés, mise en couleur et lettrage. Conseil : proposer plusieurs extraits au choix. 

En amont, il est intéressant de venir nourrir le travail de chacun des participants en montrant des bandes dessinées ou romans graphiques de styles variés (technique, utilisation et construction de la page, rapport entre texte et image, etc.). 

Cet atelier peut s'étaler sur plusieurs séances et déboucher sur une exposition des planches, ou la réalisation d'un petit livret comportant les extraits suivis des différentes planches qu'ils ont inspirées. 

Atelier d'adaptation sonore  

Choisir un extrait d'un roman qui se déroule dans un stade ou lors d'un entrainement, par exemple. 

Découper le passage en plusieurs séquences afin de réaliser une création sonore inspirée du texte. Celle-ci sera construite à partir de lectures à voix hautes, de bruitages, d'ajout de musique et d'interprétation de dialogues. 

Pour le montage utiliser le logiciel gratuit : Audacity - Télécharger 

Pour aller plus loin

L'avis d'un youtubeur

La littérature et le foot selon Jean-Philippe Toussaint

Reportage : Football de légende, une histoire européenne

Archive INA - Ode à Canto

Bibliographie

Roman :

  • Toni tout court, Shane Haddad, POL, 2021
  • Un printemps 76, Vincent Duluc, Stock, 2016
  • Football, Jean-Philippe Toussaint, Minuit, 2015
  • Poule D, Yamina Benahmed Daho, Gallimard, coll. L'Arbalète, 2014
  • Carton jaune, Nick Hornby, traduit de l'anglais par Gabrielle Rolin, Éditions 10/18, 2010
  • Un footballeur, Bruno Heckman,Belfond, 2010
  • Le Dimanche où je suis devenu champion du monde, Frederich Christian Deluis, Fayard, 2008
  • Jouer juste, François Bégaudeau, Folio, 2008
  • La Mélancolie de Zidane, Jean-Philippe Toussaint, Minuit, 2006
  • Dans la foule, Laurent Mauvignier, Minuit, 2006
  • Le Ventre de l'Atlantique, Fatou Diom, Le Livre de Poche, 2005
  • Football Factory, John King, traduit de l'anglais par Alain Defossé, éditions Points, 1999
  • L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty, Peter Handke, Gallimard, 1982
  • Le Football, c'est la guerre poursuivie par d'autres moyens, Pierre Bourgeade, Gallimard, 1981
  • W ou le souvenir d'enfance, Georges Perec, Gallimard, 1975  

 

Roman noir et polar :

 

  • Dribble assassin, Emmanuel Petit et Gilles Del Pappas, Ramsay, 2021
  • Dernier tacle, Emmanuel Petit et Gilles Del Pappas, Seuil, coll. Points, 2019
  • Rouge ou mort, David Peace, Rivages, 2014
  • Jeudi noir, Mickaël Mention, Ombres noires, 2014
  • Raclée de verts, Caryl Férey, Pocket, 2013
  • Train bleu train noir, Maurice Gouiran, éditions Jigal, 2010
  • Le Coup du sombrero, Marc Villard, L'Atalante, 2008
  • Ballon mort, Marc Villard, Castor Astral, 2008
  • 44 jours, David Peace, Rivages, 2008
  • Embrouilles au Vélodrome, Jean-Paul Delfino, Métailié, 2002
  • Droit aux brutes, Jean-Paul Delfino, éditions Adcan - Footpolar, 2002
  • Sang et Mort, François Thomazeau, éditions Adcan, 2002
  • À sec ! (Spinoza encule Hegel. Le retour), Jean-Bernard Pouy, Folio, 2000
  • Kop, Dominique Manotti, Rivages, 1998

 

Théâtre :

  • Ode à Canto, Gérard Gelas, éditions Jacques Brémond, 1997

 

Bande dessinée :

  • L'amour du maillot, une saison en ligue 2, Hélène Georges, Frédéric Rasera, Casterman, 2020
  • La Saison des roses, Chloé Wary, FLBLB, 2019
  • Carton jaune, Didier Daeninckx et Asaf Hanuka, éditions Emmanuel Proust, 2017
  • Un maillot pour l'Algérie, Bertrand Galic, Javi Rey & Kris, Dupuis, 2016

Littérature jeunesse :

  • Bibliographie de la BnF : bnf.fr
  • Terrain Frère, Sylvain Pattieu, L'école des loisirs, 2021 
  • Amour chrome, Sylain Pattieu, L'école des loisirs, 2021
  • France-Brésil 1998, le match de la victoire : Zidane, Deschamps, Petit, Blanc, Bartez et les autres, Laurent Bègue et Frédéric Pinéro, Belize, coll. Il était une fois, 2016
  • Le Gardien, Malcom Peet, Gallimard jeunesse, 2014
  • Le Football, Jean-Michel Billioud & Buster Bone, Nathan, 2014
  • Verlaine avant centre, Jean-Louis Crimon, Castor Astral, 2006

 

Essais/Anthologies/Documents :

  • Une passion absurde et dévorante, écrits sur le football, Olivier Guez, Éditions de L'Observatoire, 2021
  • Mon carnet, Éric Cantona, Flammarion, 2017
  • Ballon rond et héros modernes. Quand la littérature s'intéresse à la masculinité des terrains de football, Julie Gaucher, éditions Peter Lang, coll. Savoirs sportifs, 2016
  • Éloge de l'esquive, Olivier Guez, Grasset, 2014
  • Les Terrains, écrits sur le sport, Pier Pasolini, Le Temps des Cerises, 2012
  • Plumes et crampons. Football et littérature, Patrice Delbourg et Benoît Heimermann, La table ronde, 2006 

 

Livres collectifs :

  • Desports, hors-série. Nous sommes foot : pour un football populaire, Gilles Perez et Florent Molle, Édition du Sous-sol/Éditions du Mucem, 2017
  • Football de légendes, une histoire européenne. 30 joueurs, 30 écrivains, 30 photos, Éditions du Sous sol - Desports, 2016
  • Onze fois l'OM. Le Tacle et la Plume, Didier Daeninckx avec Marie Desplechin, Jean-Bernard Pouy, Frédéric H. Fajardie, Cyril Marasque, René Frégni, Jean-Paul Delfino, Serge Scotto, Jean-Christophe Duchon-Doris et Xavier-Marie Bonnot François Thomazeau, M. Brun, L'Écailler du Sud, 2004
  • Y'a pas péno. Fous de foot, Daniel Picouly avec Tonino Benacquista, Franz-Olivier Giesbert, Jean-Claude Izzo, Philippe Labro, Dominique Noguez (auteur deLa Véritable Histoire du football et autres révélations, chez Gallimard), Vincent Ravalec, Denis Tillinac, Didier Van Cauwelaert et Bernard Weber, Flammarion, 1998

 

Sitographie 

 

À lire  :

 

À écouter :

  • « L'éternité, c'est la balle allée au but », par Jean-François Bory, Piste 100/74, Archives sonores du Centre international de la poésie, Marseille : SoundCloud
  • « La passion du foot de Pasolini » : franceinter.fr
  • « Duras & Platini » : franceculture.fr
  • « Quand le football s'invite dans la littérature » : franceinter.fr
  • « Des Batons Dans Guy Roux » : lepodcast.fr
  • « Avoir 20 ans et faire de sa vie un roman » : franceculture.fr

 

À voir : 

  • [REPORTAGE] « Football de légendes, une histoire européenne. 30 joueurs, 30 photos, 30 écrivains » : Dailymotion
  • « Le sport dans la littérature », Gallica : bnf.fr

Accès directs :