Clés de lecture 

Collection Catherine et Jean Camus
Albert Camus à Stockholm en 1957

Semblable au gardien de but, seul dans ses cages et pourtant membre à part entière de son équipe, Albert Camus alterne d'indispensables périodes de solitude, au cours desquelles il se consacre à l'écriture, et des activités collectives telles que le journalisme et le théâtre, mais aussi des actions concrètes d'engagement (conférences, discours, meetings). 

Croisant inlassablement le fer dans tous les grands combats de son temps (résistance au nazisme, dénonciation du stalinisme, crise algérienne), Albert Camus s'efforce dans la mesure du possible de séparer son œuvre littéraire de ses engagements. À ce sujet, il écrit en 1946 dans ses Carnets : « J'aime mieux les hommes engagés aux littératures engagées. Du courage dans sa vie et du talent dans ses œuvres, ce n'est déjà pas si mal. (…) Oui, je les souhaiterais moins engagés dans leurs œuvres et un peu plus dans leur vie de tous les jours. »

Pour autant, l'œuvre d'Albert Camus ne reste pas toujours hermétique aux grands questionnements de son époque, c'est notamment le cas de l'essai L'Homme révolté (1951) qui vise directement le stalinisme et ses défenseurs, alors nombreux en France. Camus n'hésite pas, par ailleurs, à rassembler une sélection de ses articles et de ses discours dans trois volumes (sous le nom Actuelles.) 

Dans son discours d'acceptation du prix Nobel (1957), Albert Camus conclut finalement que « le rôle de l'écrivain […] ne se sépare pas de devoirs difficiles. Par définition, il ne peut se mettre au service de ceux qui font l'histoire : il est au service de ceux qui la subissent ».

Dans l'œuvre de Camus 

Je ne puis vivre personnellement sans mon art. Mais je n'ai jamais placé cet art au-dessus de tout. S'il m'est nécessaire au contraire, c'est qu'il ne se sépare de personne et me permet de vivre, tel que je suis, au niveau de tous. L'art n'est pas à mes yeux une réjouissance solitaire. Il est un moyen d'émouvoir le plus grand nombre d'hommes en leur offrant une image privilégiée des souffrances et des joies communes. Il oblige donc l'artiste à ne pas se séparer ; il le soumet à la vérité la plus humble et la plus universelle. Et celui qui, souvent, a choisi son destin d'artiste parce qu'il se sentait différent apprend bien vite qu'il ne nourrira son art, et sa différence, qu'en avouant sa ressemblance avec tous. L'artiste se forge dans cet aller-retour perpétuel de lui aux autres, à mi-chemin de la beauté dont il ne peut se passer et de la communauté à laquelle il ne peut s'arracher.


Discours d'acceptation du prix Nobel, Stockholm, 10 décembre 1957, éditions Gallimard, coll. La Pléiade, tome IV, p. 239-240.

 

À partir du moment où l'abstention elle-même est considérée comme un choix, puni ou loué comme tel, l'artiste, qu'il le veuille ou non, est embarqué. Embarqué me paraît ici plus juste qu'engagé. Il ne s'agit pas en effet pour l'artiste d'un engagement volontaire, mais plutôt d'un service militaire obligatoire. Tout artiste aujourd'hui est embarqué dans la galère de son temps. Il doit s'y résigner, même s'il juge que cette galère sent le hareng, que les gardes-chiourmes y sont vraiment trop nombreux et que, de surcroît, le cap est mal pris. Nous sommes en pleine mer. L'artiste, comme les autres, doit ramer à son tour, sans mourir, s'il le peut, c'est-à-dire en continuant de vivre et de créer.


L'Artiste et son temps, conférence du 14 décembre 1957, éditions Gallimard, coll. La Pléiade, tome IV, p. 247.

Pistes d'actions de médiation

Atelier « L'art doit-il être engagé ? »

Cet atelier se déroule sur plusieurs séances. 

Séance 1 : Construire deux équipes qui vont défendre les arguments pour et contre un art libre de toute considération politique, militante, engagée, dans une joute orale d'abord, puis chaque groupe écrira une tribune défendant sa position. 

Séance 2 : Chaque équipe fait des recherches pour soutenir ses arguments par des écrits d'artistes et d'écrivains. Les textes sont partagés, discutés. Une sélection finale est déterminée collectivement. 

Séance 3 : Un travail de lecture à voix haute est proposé afin de construire une lecture en public soulevant cette question à travers des voix d'auteurs et d'artistes d'époques différentes. 

Atelier émission de télévision 

Cet atelier propose de construire une émission de télévision et d'en donner une représentation. Celle-ci sera animée par un présentateur, et un chroniqueur pourra faire une synthèse historique sur la question de la position de l'artiste. Ensuite deux auteurs (Sartre et Camus, par exemple) ou deux auteurs imaginaires entreront dans un débat animé par un journaliste. Le ton de cette émission peut-être parodique ou de l'ordre de la reconstitution historique, en fonction du choix du groupe. 

Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour réaliser cette émission. Les participants doivent s'immerger dans le sujet, lire ou regarder une interview d'auteurs sur le sujet, écrire les grandes lignes de l'intervention et répéter ensuite. 

Pour aller plus loin 

Camus dans « La Grande Librairie »

Bibliographie

 

Ouvrages de Camus :

  • Conférences et Discours 1937-1958, éditions Gallimard, coll. Folio essais, 2017 
  • Actuelles I, Actuelles II, Actuelles II, éditions Gallimard, coll. Folio essais, 1997
  • Discours de Suède, éditions Gallimard, coll. Folio essais, 1997
  • Jonas ou l'artiste au travail, nouvelle in L'Exil ou le Royaume, éditions Gallimard, coll. Folio, 1972
  • L'Artiste en prison, préface d'Albert Camus à La Ballade de la geôle de Reading d'Oscar Wilde, 1952, éditions Gallimard, coll. La Pléiade, tome III, p. 900

 

À lire : 

  • Solitaire et solidaire, Catherine Camus, éditions Michel Lafon, 2009 
  • Qu'est-ce que la littérature ?, Jean-Paul Sartre, éditions Gallimard, coll. Folio essai, 1985

Sitographie

 

À lire : 

 

À écouter :

  • « Discours d'Albert Camus lors de sa remise du pris Nobel » : www.ina.fr

 

À voir :

 

La question de l'engagement chez d'autres auteurs :

  • « Épisode 1 : Solitaire, solidaire », dans la série « Victor Hugo, le monstre sacré » : franceculture.fr
  • « Solitaire et solidaire : création et engagement à l'œuvre dans la littérature contemporaine » : fabula.org 
  • « “Solitaire et solidaire”, Entretien avec Édouard Glissant » : openedition.org
  • « Georges Bernanos, le révolté de l'Absolu » : zone-critique.com

Accès directs :