L'étude repose sur deux démarches combinées :

- D'une part, la rencontre sur le terrain avec les bibliothèques, en commençant par les Bibliothèques Municipales Classées (BMC) puis en élargissant le périmètre à de plus petites bibliothèques dont les fonds à signaler sont significatifs.

- D'autre part, deux enquêtes ont été lancées afin d'évaluer plus précisément les fonds restant à signaler : la première enquête reprend les données de réponse à l'enquête nationale lancée par le ministère en 2017 sur le signalement. Elle a été transmise aux bibliothèques pour mise à jour et validation. La deuxième enquête, plus synthétique, vise les bibliothèques qui n'avaient pas répondu à l'enquête de 2017. Au total, 35 bibliothèques ont répondu aux deux enquêtes.

À ce jour, 31 bibliothèques patrimoniales ont pu être identifiées sur les six départements que compte la région (contre 26 bibliothèques au moment de l'étude).

La volumétrie totale des fonds patrimoniaux conservée dans la région peut être évaluée autour de 1 300 000 documents, avec une surreprésentation des fonds dont la volumétrie par bibliothèque est inférieure à 50 000 documents.

 

Répartition géographique des fonds patrimoniaux identifiés

De mètres linéaires en quantité de volumes, en passant par le nombre de tiroirs et de boîtes

Compte tenu de l'hétérogénéité des données récoltées, un important travail d'homogénéisation a été nécessaire à leur réception. Les résultats chiffrés sont donc à prendre avec précautions. Néanmoins, on relève de grandes tendances : ainsi, la majeure partie du travail de signalement restant à réaliser pour les imprimés relève du catalogage livre en main, contrairement au travail de rétro-conversion qui ne représente que 30 % des notices à traiter.

La rétro-conversion restant à faire concerne avant tout les fonds datant du XIXe et XXe siècle ainsi que les fonds locaux, spécialisés et particuliers. Au contraire, les fonds anciens nécessitent en grande partie du catalogage livre en main. Les bibliothèques de Manosque, Arles, Hyères, Gap, Grasse et Marseille concentrent les projets de signalement de grande ampleur à prévoir.

  

Du catalogage local au signalement national : retracer le patrimoine

Pour les manuscrits, on comptabilise 6737 manuscrits restant à signaler pour 21 bibliothèques conservant ce type de documents. Majoritairement, ce sont les BMC qui sont en possession de fonds importants de manuscrits à décrire. Elles ont justement fait remonter leurs besoins de formation au format (EAD) et à l'outil (TAPIR) de la BnF pour la description des manuscrits.

Cependant, pour ces bibliothèques, les priorités de signalement divergent : par exemple, la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence privilégie pour le moment le traitement des imprimés à celui des manuscrits. De façon générale, les BMC sont engagées dans des opérations de récolement d'envergure afin de mieux identifier les fonds restant à signaler. Le récolement est l'opération qui a pour but de vérifier l'intégrité d'un fonds physique, en le comparant aux outils de description bibliographique.

Enfin, concernant le Catalogue Collectif de France (CCFr), on relève une méconnaissance globale de la part des bibliothèques de cet outil de signalement national de la BnF. Une journée professionnelle est ainsi prévue début 2020 afin de sensibiliser les professionnels des bibliothèques aux problématiques de signalement.

Accès directs :