Auteur(s)
Éditeur Serre
Parution
Spécificités 126 p. ; 30 x 21 cm ; illustrations en noir et en couleur ; reliure : Relié sous jaquette
ISBN 9782864103875
EAN 9782864103875
Thème Peinture -- Histoire de la peinture

4e de couverture

Qui ne connaît Emmanuel Bellini tant sur la Côte d'Azur
qu'à Paris, mais rares sont ceux qui ont pu pénétrer dans
cette chapelle cannoise où il a installé son atelier de
peintre. C'est un monde secret où l'on peut suivre l'évolution
de l'artiste qui a passé comme ses contemporains
par des tendances diverses mais toujours avec cet
amour de son art, cette générosité de la palette auxquels
il a ajouté la solidité de l'architecte. Cependant sa dernière
période consacrée à la vie intense et raffinée d'un
monde azuréen nous enchante particulièrement. On
admire ses calèches, ses chevaux, ses dames et ses messieurs,
ses casinos et ses palais baroques d'une époque
révolue. Il y a dans ses tableaux une élégance et un
esprit, joints à l'excellence de la palette...

Katia Granoff, Cannes (1980)

A la fois autodidacte de la peinture et connaissant à fond
le dessin, violemment coloré dans ses personnages, plus
doux et impressionniste dans ses vues de Paris, à part
dans ses évocations typiques de la Côte à la Belle Epoque,
poussant même vers la recherche abstraite tout en gardant
sa marque, Emmanuel Bellini a su créer une oeuvre
très personnelle, originale, puissante, qu'on n'oublie pas.

L'Amateur d'Art (1980)

Généreux, volubile, croyant obstinément aux beautés de
la vie, ce petit homme aux yeux perçants sous les épais
sourcils est de la race des Pagnol et Giono. Comme eux
d'ailleurs, il est entré de son vivant dans l'histoire de son
pays natal. Avec l'émerveillement d'un enfant, il découvre
-le plus souvent dans ses souvenirs qui sont extraordinairement
abondants- un spectacle de la nature ou de la rue
et traduit avec son coeur des scènes qu'il détache de leur
réalité quotidienne pour les marquer de sa personnalité.

Presse océan (1980)

Autre climat, autres couleurs : la palette de l'artiste est
éclatante lorsque la Bretagne l'inspire, les lieux évoquant
les endroits légendaires de Nantes, ainsi la Place Graslin,
se réaniment sous nos yeux. Dominante bleue, la lumière
est très étrange dans ses variations qui vont d'une touche
orangée à un violet discret ....

Ouest France (1982)

Coloriste subtil, observateur imaginatif, Emmanuel
Bellini nous fait pénétrer avec délice dans cet univers du
cirque qu'il chérit si fort et nous livre par ailleurs une
interprétation délicate et personnelle des plus grandes
oeuvres de Velásquez.

Prestige de La Côte d'Azur (1983)

Avec les Velásquez, Bellini nous livre une production qui
fera certainement date dans son oeuvre. On y retrouve
toujours le même sens de la couleur et des formes. Mais
avec un petit quelque chose en plus qui n'était jamais
apparu avec autant évidence : la fantaisie. Bellini s'est
beaucoup amusé à peindre ses Ménines, ses forgerons de
Vulcain, ses musiciens...

Nice Matin (1982)

«Bonjour, Monsieur Bellini»...Entrez donc... Je ne vous
demanderai pas le pourquoi de ce long intervalle parisien,
mais je puis vous dire que vous êtes impatiemment attendu
car vous apportez des oeuvres ardentes, nouvelles,
mais apparentées à celles que nous avons admirées dans
les principales galeries et musées du monde. Vous venez
animer notre grisaille et nous dire le bonheur des pays du
soleil et de couleurs que vous avez glorifié, sans oublier
paris avec ses églises que vous avez peintes, vous servant
de votre formation d'architecte...

Katia Granoff, Paris (1986)

Une image heureuse de Vichy à la Belle Epoque nous invite
à une promenade dans le temps par les hauts lieux de
notre cité. Une peinture d'un métier affirmé et, par-delà
toutes les discussions d'écoles une peinture qui vous rend
heureux parce que le peintre l'a créée dans la joie.

La Montagne (1984)

Parlant de la peinture de Bellini on peut aisément employer
l'expression «choc visuel» tant la vitalité de l'utilisation des
couleurs pour la plupart traitées au couteau est puissante
en même temps que délicate. Le métier d'architecte auquel
Bellini consacra une grande partie de son existence n'y est
certainement pas étranger. La chaleur est là et invite à un
certain envirement, invite au voyage vers Venise, Cannes,
Paris pour arriver tranquillement à Honfleur...

Le Pays d'Auge (1985)

Premier coup d'oeil, première impression : ça éclate, ça
déborde d'énergie et de monde. Normal, explique le maître,
j'aime la foule, le mouvement, la vie, je me suis bien
amusé. Alors profitons nous aussi de l'amusement : des
élégantes ; de leurs galants en costume 1900 avec noeuds,
poufs et hauts de forme, des fameuses calèches, des trois
casinos de Monaco, de la Jetée promenade à Nice et à
Cannes, du feu d'artifice des tons chauds à dominantes
orange et ocre méditerranéens. Une gaieté, une chaleur,
une ambiance spontanée...

Nice Matin (1988)

Accès directs :