Auteur(s)
Éditeur Actes Sud
Parution
Spécificités 295 p. ; 22 x 12 cm ; épaisseur : 2.2 cm ; reliure : Broché
ISBN 9782330144524
EAN 9782330144524
Thème Littérature générale -- Biographies, Mémoires

4e de couverture

C'est lors d'une visite au musée d'Aquitaine de Bordeaux, dans l'exposition consacrée à la traite négrière, qu'Anne-Marie Garat tombe en arrêt devant un certain cartel aux termes pour le moins équivoques. Né d'une colère qui aurait pu rester passagère, ce livre revient, avec toute l'honnêteté et l'énergie qu'on connaît à son auteur, sur l'humeur noire qui s'installe, qu'elle a beau raisonner, jusqu'à ce qu'elle vire à l'obsession, ouvrant sur une infinité de questionnements. Aux premiers rangs desquels le rapport d'une ville à son histoire, l'amnésie ou le mensonge collectif, le très actif et toxique déni du passé esclavagiste et colonial. Réflexion qui interroge aussi et autant son propre rapport, intime et conflictuel, à sa ville natale, à son appartenance et donc à son enfance, sa famille, sa propre trajectoire. Et, bien sûr, le nerf de la guerre pour un écrivain : les mots, le langage, leur rôle et leur puissance ou leur nuisance dans nos représentations de l'Histoire et de la vérité. Où se vérifie que tout est lié, que tout importe au même titre.

Accès directs :