Auteur(s)
Éditeur Editions Prolégomènes
Parution
Spécificités 132 p. ; 15 x 24 cm ; épaisseur : 1.1 cm ; reliure : Broché
ISBN 9782917584637
EAN 9782917584637
Thème Poésie -- Poésie contemporaine

4e de couverture

Après une vie passée sous l'uniforme bleu nuit et des galons de commandant de la Police nationale, Philippe Pichon est poète et écrivain. Artisan de la mélopée du sonnet, publié dès l'âge de 17 ans et reconnu par ses pairs dont l'Académie des Jeux floraux, l'auteur réinvente sa langue dans cette série composée de Aux basaltes de l'âge dédié à Hélène Cadou, paru à l'été 2021 et La joue pas rasée de la solitude dédié à James Sacré, à paraître en 2022. Philippe Pichon associe dans ses recueils l'intime et le silence : tenir une forme de Journal poétique pour faire front, pour résister aux noirceurs de l'époque. Écrire dans l'accueil de ce qui vient : la maladie, la vieillesse ou la joie, saluer la beauté passagère, la maigre euphorie, étreindre la vie si fragile et fugitive soit-elle. C'est ce que tente le poète lyrique dans cette trilogie au format paysage.

Dans ce second tome, L'Éphémère en héritage, nous assistons à une résurgence de rimes internes nourrissant des cadences variées, émotionnellement secouées de sinuosités vertigineuses : « Je m'élève et je plonge » ; « Je te croyais falaise et tu n'étais que plage » ; « je te voulais basalte et tu n'étais qu'argile ». Un « je » blessé, endeuillé, prisonnier, nostalgique ou conscient s'exprime et nous nous identifions à lui autant qu'à la terre, l'arbre ou l'enfance, le paysan, le soldat ou tous ces êtres chers... car par leur tutoiement le poète nous interpelle ! « Après la montagne au tremplin décevant », le guide de haute-nature se décrète « chasseur de Bleu ». Il n'est plus ni le berger qui cherchait les orages, ni l'oiseleur lyrique synonyme de leurres, non iI quête à présent la lumière de « mille soleils étroits » révélant ce bleu en toutes choses, comme un espoir fluctuant, un dernier « sursaut (...) du silence harassé », éventuel correctif au mauve de la perte, de la solitude et des mirages.

Extrait :

Tu seras à la fois la chimère et l'attente des moments interdits où fulgure l'éveil quand les regards jumeaux dérobent au soleil la découverte bleue offerte après la sente.

Ivre de ces pollens couleur d'ombre et de miel que choisit comme encens la cathédrale verte, écartant les rameaux à l'ogive entr'ouverte, je monterai vers toi par l'archère du ciel.

Accès directs :