Auteur(s)
Éditeur Cairn
Collection Filigranas
Parution
Spécificités 100 p. ; 21 x 15 cm ; épaisseur : 1 cm ; reliure : Broché
ISBN 9782350680040
EAN 9782350680040
Thème Littérature générale -- Nouvelles

4e de couverture

"Éteints les cris des oiseaux, morts les appels du lointain oubliés par l'écho,
souffle suspendu du Mistral qui plie les peines et siffle dans les cornes des taureaux,
j'écris la nuit pour ne pas troubler ni leur sommeil, ni vos certitudes".

Cordes tendues et vibrantes. Galerie de portraits, miroir sans tain de
petites vies solitaires, luisantes ou brisées, noires ou colorées. Catherine
le Guellaut écrit et crie, plume trempée dans les eaux du Rhône et le
sang de blessures invisibles ; l'auteur nous emporte dans un univers
lucide, désespérément sensible, dans un monde onirique aux odeurs de
terre mouillée où les hommes sont en quête de leur humanité. Là où
rêvent les taureaux.

Mot provenant de l'italien
filigrana.

Ouvrage à jour formé de filets
déliés et soudés d'or, d'argent
ou de verrerie.

Broderie de métal en
ameublement et en orfèvrerie
d'église.

Marque, dessin ou ligne se
trouvant dans un papier et ne
se voyant qu'en transparence.
Par extension : méticulosité,
enjolivements, en opposition à
la technique pure, ce qui
relève de la grâce, de
l'élégance, de la poésie.

Accès directs :