Auteur(s)
Éditeur Y. Michel
Collection Société civile
Parution
Spécificités 149 p. ; 22 x 12 cm ; épaisseur : 1.2 cm ; reliure : Broché
ISBN 9782364290853
EAN 9782364290853
Thème Sciences humaines et sociales, lettres -- Sciences sociales

4e de couverture

Pour en finir avec « la civilisation »

un mythe barbare

« La civilisation » est une invention rhétorique qui, depuis trois millénaires, a justifié les pires massacres, vols et destructions perpétrés par les dominants, quels qu'ils soient. Un argument politique camouflant une arme de destruction massive. En un siècle, avec deux Guerres mondiales, moult génocides et « purifications » ethniques ou religieuses, cet étendard a atteint un résultat supérieur à ceux des conquérants du passé : no limit et no future !

Comment le paradigme de la civilisation, sa représentation fantasmatique, se retrouvent-ils à l'origine des désastres
contemporains ? C'est l'objet de cet essai que d'en inventorier et tisser les liens. De fait, les crises postmodernes du « développement », de l'environnement, du chômage, de la financiarisation de l'économie, de la numérisation et marchandisation du monde, sont liées à la matrice civilisationnelle. Tout comme la cancérogénisation et la société de surveillance générale. Quant à la défection du politique et à ses impasses, elles ne peuvent en être dissociées.

Etablir de tels liens choquera, mais permettra aussi de penser différemment la floraison des guerres civiles et de religions, les nouvelles formes de barbarie se télescopant sur l'écran vidéo du chaos de ce début de millénaire. Un chemin nécessaire afin de reconstruire le rapport au monde perdu et la citoyenneté abolie.

Accès directs :