Des duos auteur-journaliste pour Écrire le monde en prison

Publié le

Depuis 2016, l’Agence aide au développement des bibliothèques pour les personnes majeures et mineures en milieu carcéral, et propose des actions de sensibilisation à la lecture. Cette mission, nommée Parenthèse, a permis de mettre en place plusieurs cycles d’animation. Chaque année, 4 établissements pénitentiaires candidatent pour accueillir ces propositions culturelles.

Depuis 2021, en partenariat avec l’association 15-38 Méditerranée (média méditerranéen indépendant et participatif), l’Agence invite des duos auteurs/illustrateurs et journalistes à animer une série de 10 ateliers destinés aux détenus et nommés “Écrire le monde”.
En 2023, ce sont les prisons de Tarascon, Aix-Luynes, Avignon-Le Pontet et La Valentine-Marseille qui ont participé autour des thématiques suivantes : fake news, réalisation de recettes-récits de vie, livret d’accueil, court métrage, podcast, exposition…

Delphine Bournay et Coline Charbonnier.

Delphine Bournay et Coline Charbonnier

Timothée Vinchon et Léa Djeziri

Timothée Vinchon et Léa Djeziri

Gala Vanson et Justin de Gonzagues

Gala Vanson et Justin de Gonzagues

RED et Sophie Bourlet

RED et Sophie Bourlet

Jouer avec les fakes news

Coline Charbonnier, journaliste co-fondatrice de 15-38 Méditerranée, et l’autrice-illustratrice Delphine Bournay ont accompagné un mois durant un groupe de jeunes majeurs au Centre de détention de Tarascon dans la création d’une revue. Articles, fausses interviews, images détournées : chaque participant a pu s’exprimer par l’écrit, le dessin, le montage et s’initier aux pratiques journalistiques.

« J’ai beaucoup aimé réfléchir et mener ces ateliers avec Coline, ça m’a complètement absorbée. Je n’ai pensé qu’à ça pendant un mois. J’y pense encore…
À la demande de l’établissement pénitencier, nous avons travaillé sur les fake news. Nous avons invités les participants à nous raconter des histoires vraies et des histoires fausses, et c’est ainsi que nous avons découvert Batman à Frais Vallon, un flic bien décidé à tout péter. »
Delphine Bournay



L’autrice et dessinatrice de BD Léa Djeziri et le journaliste Timothée Vinchon sont intervenus pendant 6 semaines entre novembre et décembre 2023 au Quartier de Prise en charge de la Radicalisation d’Aix-Luynes. Axé sur le thème de la parentalité et de la famille, les intervenants ont amené les participants à dessiner, coller, écrire pour créer individuellement un « livre-objet regroupant plein de petits formats », une boite emplie des créations ensuite remise aux familles.

« C’est toujours un bonheur d’offrir un espace de parole à des personnes qui sont privées de liberté. C’est une chance aussi de pouvoir partager des bouts de vie.
Avec Léa notre proposition était d’offrir une voix de dialogue entre les participants et leur famille. À travers une petite histoire de jeunesse, de transmission ou même de parents, ils racontent aussi des situations et des dilemmes rencontrés.
Au-delà de la proposition artistique, le fait de travailler sur des formats différents a permis à chacun d’expérimenter des techniques allant de la craie sèche au collage. Cela a aussi permis à chacun de se raconter de façon différente, d’effacer leur condition de détenus pour certains ou au contraire de témoigner de celle-ci pour d’autres. Certains ont pu dire les mots tendres qu’ils n’arrivaient pas à dire à leurs parents. D’autres ont simplement pris plaisir à dessiner et à se remémorer de bons souvenirs. »
Timothée Vinchon



Décoder la prison

Justin de Gonzagues, anthropologue et co-fondateur de 15-38 Méditerranée, et Gala Vanson, autrice et illustratrice, ont accompagné deux groupes de mineurs incarcérés au Pontet. La réalisation d’un livret d’accueil, qui sera déposé dans les cellules du Quartier des Mineurs (QM), a permis à chacun de s’exprimer et d’essayer différentes techniques de dessin. L’atelier, centré sur le vocabulaire utilisé par les jeunes en détention et à l’extérieur, explorait le passage de l’oral à l’écrit mais aussi l’apprentissage de l’écoute.

« C’était intense et il y a eu de belles rencontres.
Les séances ont commencé par des discussions autour de la langue et des mots utilisés spécifiquement en prison ou dans les quartiers dont étaient issus les jeunes. Ce lexique a été la première pierre pour construire le journal “Tâter le terrain” qui s’est enrichi de témoignages (le premier repas, le parloir, la famille), et de dessins (encres et pochoirs faisant écho aux perceptions de la vie d’un jeune détenu). »



Affiches et slogans pour un monde meilleur

L’auteur et caricaturiste RED et la journaliste Sophie Bourlet ont aidés les détenus de l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs (EPM) de La Valentine à Marseille à créer leurs propres affiches et slogans sociaux. De grandes idées et des coups de crayons pour faire rire, émouvoir et partager leurs souhaits d’un monde meilleur.

« La semaine avec les jeunes de l’EPM a été l’occasion de parler d’actualité à froid, de débattre et de questionner sur l’information. Environnement, guerres, racisme, manque de moyens dans les quartiers, sport, égalité femmes/hommes ou encore conditions de vie en détention, nos petits journalistes ne manquaient pas d’idées pour mettre de l’optimisme dans leurs Unes idéales. »
Sophie Bourlet
« Une belle émotion en retrouvant un ancien participant devenu intervenant artistique et de la fierté de constater que nos actions ne sont pas des coups d’épée dans l’eau. »
Red